vendredi 19 juin 2009

Desperate Dorothy Parker


... Et puis il y a les Petites Fleurs Sensibles,
Les Pelotes de Nerfs...
Elles ne ressemblent pas aux autres et ne se privent pas de vous le rappeler.
Il y a toujours quelqu'un pour froisser leurs sentiments,
Tout les blesse... Très profondément,
Elles on toujours la larme à l'oeil.
Ce qu'elles peuvent m'enquiquiner, celles-là, à ne jamais parler que de choses réelles,
Des choses qui importent vraiment.
Oui, elles savent qu'elles aussi pourraient écrire.
Les conventions les étouffent:
Elles n'ont qu'une seule idée, partir... partir Loin de Tout!
Et moi je prie le ciel: oui, qu'elles foutent le camp!

3 commentaires:

Carole a dit…

c'est dans quoi ça ? j'ai lu de Dorothy Parker un reccueil de nouvelles "la vie à deux" . Ce petit texte est bien cinglant !

anne des ocreries a dit…

Hihi...j'adore !

Au Bois des Biches a dit…

Pour Carole: Hélas, je ne me souviens plus du titre, mais j'ai tout recopié et je vais vous blogger ça au fil des jours..
PP