dimanche 21 juin 2009

Desperate Dorothy Parker


... Et puis il y a celles qui ont toujours des ennuis.
Toujours.
En général avec leur mari...
On est injustes avec elles,
Personne jamais ne les comprend, ces femmes.
Elles arborent un petit sourire désenchanté
Et quand on leur parle elles sursautent.
Elles commencent par vous dire que leur lot est de souffrir en silence:
Personne ne saura jamais...
Et en avant le déballage...

1 commentaire:

anne des ocreries a dit…

Tiens, je comprends leur mari...