lundi 25 octobre 2010

OCTOBRE – Semaine 4 – jour 5 – C’EST POUR RIRE-


Mieux vaut faire le fou,
Que labourer en temps mou.


LA SCIENCE EN MARCHE


Le professeur Théodore Gouldebaum, l’éminent philafilologue, titulaire, en Sorbonne, de la chaire d’entrecôtologie comparée, vient, au cours d’une remarquable communication de bouche à oreille, d’établir la différence de formule chimique existant entre le caramel dur et le caramel mou dont, jusqu’à ce jour, l’identité était, faute de mieux, admise sur la base équivoque d’un vasif postulant. Voici les conclusions du professeur Gouldebaum :

Formule du caramel dur :
FM2- CH + 3P + 6E + 4X2 (6C)

Formule du caramel mou :
CH3 – N = L2 + 2NF – NO2H (4B)

Cette mise au point met enfin en lumière l’alternance des épiphénomènes physio-psychopathiques masticatoires dont le mécanisme n’a été que trop longtemps tenu dans une regrettable obscurité.
D’autre part, le professeur Théodore Gouldebaum poursuit inlassablement ses travaux en vue de l’établissement de la formule du caramel demi-souple et de celle, plus compliquée, du caramel demi-dur.

Pierre DAC – L’os à moëlle.




3 commentaires:

croukougnouche a dit…

attention au carmel qui décolle les couronnes!!! mais qui agite les mandibules z'zt zygomatiques!
petite pause ..
à bientôt!

almanachronique a dit…

Oh, quel lapsus!!! Le Carmel qui décolle les couronnes....
Ca me fait souvenir de ma première communion.... C'était avant les aubes (au temps du mammouth laineux...) on avait encore de belles robes en organdi avec des dentelles etc... - en fait les aubes menaçaient déja et certaines en portaient, mais j'ai eu la belle robe... Bref... on avait des couronnes de roses (artificielles ) et l' après-midi, on allait les offrir à Notre-Dame de Bonsecours (à Nancy) en chantant: Prends ma couronne, Je te la donne, Au ciel n'est-ce pas, Tu me la rendras....
On les mettait dans une corbeille et on les récupérait à la sacrisitie après la cérémonie...
Eh bien, la mienne, est allée au ciel tout droit où j'espère la rejoindre bien évidemment... Et je sais pourquoi...elle n'avait pas été achetée dans un magasin , mais confectionnée par ma mère , modiste, avec des fleurs de chez Fromentin à Paris ... tout de même, on aurait pu me laisser l'autre ... en souvenir..
P.

FRANKIE PAIN a dit…

comme tu devais étre mignonne
comme quoi les églises faut y regarder à deux fois
je trouve çà pas simpa du tout
elle devait être très belle