mardi 10 avril 2012

Claude va bien...



Est-ce vraiment une blague ?
" Communication à l'hôpital "
- Bonjour ! C'est la réception ? J'aimerais  parler avec quelqu'un à propos d'un  patient qui se trouve chez  vous. J'aurais  souhaité connaître son état de santé, Savoir  s'il va mieux ou si son  problème s'est aggravé.
- Quel est le  nom du patient ?
- Il  s'appelle Jean Dupont et il est à la chambre  302.
- Un instant  je vous prie, je vous passe  l'infirmière.
Après une  longue attente :
- Bonjour, ici  Françoise l'infirmière de service. Que  puis-je pour vous ?
- J'aimerais connaître l'état du patient Jean  Dupont de la chambre 302.
- Un instant  je vais essayer de trouver le médecin de  garde.
Après une  plus longue attente:
- Ici Le Dr.  Jean, le médecin de garde ; je vous  écoute.
- Bonjour Docteur, je voudrais savoir quel est  l'état de Monsieur Jean Dupont, qui se trouve  chez vous depuis 3 semaines à la chambre  302.
- Un instant,  je vais consulter le dossier du  patient.
Après  encore une autre attente:
- Huuuummm, Le voici : IL a bien mangé  aujourd'hui, sa pression artérielle et  son pouls sont stables, IL réagit bien aux  médicaments prescrits et normalement on va lui  enlever le monitoring cardiaque demain.. Si  tout continue comme ça encore 48 heures, son  médecin signera sa sortie d'ici le  week-end.
- AAHHH ! Ce sont des nouvelles merveilleuses !  Je suis fou de joie. Merci.
- A votre façon de parler je suppose que vous  devez être quelqu'un de très proche,  certainement de la famille ?
- Non, Monsieur ! Je suis Jean Dupont moi-même  Et  je vous appelle du 302 ! Tout  le monde entre et sort ici de ma chambre  Et  personne ne me dit rien...  Je  voulais juste savoir comment je me porte ! Merci  bien !
Transmis  par un médecin du CHU*, qui  l'estime "assez  réaliste"...
Ça  fait peur !

1 commentaire:

anne des ocreries a dit…

Et c'est vrai. Dès lors que tu es alité, c'est comme si soudain tu perdais ton statut d'être humain doué de raison ! tu crois parler à tes semblables, en tant qu'êtres humains, et tu te retrouves devant des....vétérinaires ! Affligeant, comme tu deviens vite de la viande qu'on traite "a minima" comme personne sensée.