vendredi 18 mai 2012

Courrier du coeur

De Chateaubriand à Juliette Récamier-

Rome, 1er janvier 1829

1829! J'étais éveillé; je pensais tristement et tendrement à vous lorsque ma montre a marqué minuit. On devrait se sentir plus léger à mesure que le temps nous enlève des années. C'est tout le contraire. Ce qu'il nous ôte est un poids dont il nous accable. Soyez heureuse, vivez longtemps, ne m'oubliez jamais, même lorsque je ne serai plus. Un jour, il faudra que je vous quitte. J'irai vous attendre. Peut-être aurai-je plus de patience dans l'autre vie que dans celle-ci où je trouve trois mois sans vous d'une longueur démesurée....

1 commentaire:

solveig a dit…

... et si la Juliette s'était appelée la Martine, elle lui eut répondu :
Ô temps suspends ton vol ..."