dimanche 27 mai 2012

Courrier du coeur




MESA - Ô Ysé!
YSE - C'est moi, Mesa, me voici.
MESA - Ô femme entre mes bras!
YSE - Tu sais ce qu'est une femme à présent?
MESA - Je te tiens,je t'ai trouvée.
YSE - Je suis à toi.
          Je ne me recule pas, je te laisse faire ce que tu veux.

MESA -Ainsi donc
            Je vous ai saisie! et je tiens votre corps même
            Entre mes bras et vous ne faites point de résistance et j'entends dans mes entrailles votre coeur qui bat!
            Il est vrai que vous n'êtes qu'une femme, mais moi je ne suis qu'un homme,
            Et voici que je n'en suis plus et que je suis comme un affamé qui ne peut retenir ses larmes à la vue de la nourriture!
           Ô colonne! ô puissance de ma bien-aimée! Ô il est injuste que je vous ai rencontrée!
           Comment est-ce qu'il faut vous appeler? Une mère,
           Parce que vous êtes bonne à avoir.
           Et une soeur, et je tiens votre bras rond et féminin entre mes doigts,
           Et une proie, et la fumée de votre vie me monte à la tête par le nez, et je frémis de vous sentir la plus faible comme un gibier qui plie et que l'on tient par la nuque!
           Ô je m'en vais et je n'en puis plus, et tu es entre mes bras comme quelqu'un de replié.
           Et dans la pression de mes mains comme quelqu'un qui dort. Dis, puissance comme de quelqu'un qui dort
          Si tu es celle que j'aime.
          Ô je n'en puis plus, et c'en est trop, et il ne fallait pas que je te rencontre, et tu m'aimes donc, et tu es à moi, et mon pauvre coeur cède et crève!

CLAUDEL


2 commentaires:

solveig a dit…

Voila quelqu'un qui savait causer aux femmes !
Bon dimanche Alma.

Claudine a dit…

Trop mignon !