lundi 29 octobre 2012

Amour, humour


L'amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font. A partir de quoi il m'apparaît urgent de me taire. Ou bien, alors, parlons de l'amour, mais sur un ton plus noble. Débarrassons-nous pour un temps de l'étouffante enveloppe charnelle où s'ébroue sans répit la bête ignominieuse aux pulsions innommables, dont l'impérieux désir, jamais assouvi, attise de son souffle obscène la flamme sacrée de l'idylle tendre dont il ne reste rien que ce tison brandi qui s'enfonce en enfer avant que ne s'y noie son éphémère extase qui nous laisse avachi sur ces lits de misère où les coeurs ne jouent plus qu'à se battre sans vibrer pour pomper mécaniquement l'air vicié des hôtels insalubres.

Pierre DESPROGES

1 commentaire:

claude a dit…

C'est quand même plus beau quand on finit en pompant l'air parfumé de la nature au creux d'une botte de paille, ou bien dans le coin ombragé en Provence du bout d'un champ de lavande …. Ou bien au mois de mai, dans un joli bois de … mai, au beau milieu du muguet …