lundi 5 novembre 2012

"Gaston Couté, Poète et chansonnier Beauceron" de Michel LESIEUR



La soirée du jeudi 8 novembre à 20h à Pontgouin dans le cadre des animations de "La Gazette" 


C'est donc jeudi prochain; soulevons un bout du rideau avec "La Julie jolie"chanté en août 1983 par Jacques Florencie.
Ne cherchez pas sur YouTube, car hélas les enregistrements de Jacques Florencie dit "Flo" n'y figurent pas (encore).
Claude
(Mais en attendant, je vais vous en trouver d'autres .La chroniqueuse)

LA JULIE JOLIE

A la loué' de la Saint Jean
Un fermier qui s' râtlait des rentes
Dans l' champ d' misér' des pauvres gens
Alla s'enquéri' d'eun' servante.
Après avoir hoché longtemps,
Pour quatr' pair's de sabiots par an
Avec la croûte et pis l' log'ment,
I' fit embauch' de la Julie...
La Julie était si jolie !

L'empléya, sans un brin de r'pos
Du fin matin à la nuit grande,
A m'ner pâturer les bestiaux
Dans l'herbe peineus' de la lande;
Mais un soir qu'il 'tait tout joyeux
D'avoir liché queuqu's coups d'vin vieux
l' s' sentit d'venir amoureux
Et sauta dans l' lit d' la Julie...
La Julie était si jolie !

D'pis c'jour-là, d'venu fou d'amour
I' t'y paya des amusettes,
Des affutiaux qu' l'orfév' du bourg
Vous compt' toujou's les yeux d' la tête;
Pis, vendit brémaill's et genêts,
Vendit sa lande et son troupet
A seul' fin d' se fair' des jaunets
Pour mett' dans l' bas blanc d' la Julie...
La Julie était si jolie !

Si ben qu'un coup qu'il eut pus ren
Ayant donné jusqu'à sa ferme,
A l' mit dehors, aux vents du ch'min,
Comme un gâs qui pai' pus son terme ;
Mais c' jour-là, c'était la Saint Jean :
Pour quat' pair's de sabiots par an
Avec la croûte et pis l' log'ment,
I' s'embaucha cheu la Julie...
La Julie était si jolie !

Affutiaux = objets de parure sans valeur
Brémaill's = Broussailles, bruyères emmêlées.
Cheu = chez
Hocher = hésiter, perdre du temps.
Jaunets = pièce jaune, pièce d'or, louis d'or.
Licher = Pour lécher, boire, avaler.
Louée = Foire réservée à l'embauchage des ouvriers agricoles (louée de la Saint-Jean : embauchage pour 4 mois ; louée de la Toussaint : embauchage pour 8 mois).
Râtl'er = amasser, ratisser.
Troupet = troupeau

L'AUMONE DE LA BONNE FILLE
De Gaston Couté

Un jour, un pauv'er trimardeux

Qu'allait l'vent'vid', qu'allait l'vent'creux
En traînant son bâton de houx,

Un jour, un pauv'er trimardeux

S'en vint à passer par cheu nous !


Alla balancer le pied d'biche

De Monsieu l'maire à son château

Et fit demande aux gens du riche

D'un bout d'pain et d'un gob'let d'ieau ;

Mais les domestiqu's, qui se moquent

Des vent's en pein', des gens en loques,

Li dir'nt : " Va t'en chercher ailleurs !

Ici on n'dounn' qu'aux électeurs"


Un jour, un pauv'er trimardeux

Qu'allait l'vent'vid', qu'allait l'vent'creux

En traînant son bâton de houx,

Un jour, un pauv'er trimardeux

S'en vint à passer par cheu nous...


Alla cougner au presbytère

Dans l'espoir que l'on y dounn'rait

Queuqu's sous de d'ssus l'tronc d'la misère ;

Mais l'curé, qu'était'cor guill'ret,

Confessait eune pêcheresse

Qu'avait moins d'pêchés que d'joliesse ;

Et l'pauv' peineux eut bieau gémir,

Parsounn, s'am'na pour li'ouvrir !


Alors, s'assit en cont'e eun'borne,

Tout en r'gardant les p'tits moignieaux

Picoter su' la grand' rout' morne

Dans l'crottin tout frais chié des ch'vaux,

Quand qu'eun' sarvant' qui m'nait à paître

Le bieau troupet d'vach's à son maître,

Passa tout prés d'où qu'était l'gas

Et li causa tout bas, tout bas.

Dans les foins hauts, les foins qui grisent,

A s'laissa faire ; et l'pauv' glouton

S'mit à boulotter les cerises

De sa bouche et d'ses deux têtons,

Lampa coumm' du vin chaud l'ivresse

De ses bécots et d'ses caresses ;

Pis, quand qu'i' fut ben saoul, ben las,

I' s'endormit ent' ses deux bras.


Un jour, un pauv'er trimardeux

Qu'allait l'vent'vid', qu'allait l'vent'creux

En traînant son bâton de houx,

Un jour, un pauv'er trimardeux

S'en vint à passer par cheu nous...


1 commentaire:

anne des ocreries a dit…

J'aime -ty ben c'gâs là !