mercredi 19 juin 2013

L'utopie de Claude (suite)

Cigale insouciante,
fourmi industrieuse...
ou abeille pollinisatrice ?

Le courant inspiré de l’autonomie ouvrière italienne (lire « Révolutionnaires sans révolution »),représenté, en France, par Yann Moulier-Boutang ou par le cofondateur du Cargo Laurent Guilloteau, appuie quant à lui sa critique du salaire sur le concept de general intellect, emprunté à Karl Marx. Dans les Grundrisse, Marx prédisait qu’arriverait un moment où le savoir accumulé au fil de l’histoire par l’ensemble de la société serait le cœur de la création de valeur. Avec l’avènement de l’économie de l’immatériel, nous y sommes, affirment ses lecteurs. Et, dès lors, le capitalisme ne peut que devenir de plus en plus agressivement parasite : il ne fait plus que s’approprier des compétences développées en dehors de lui et inséparables des personnes, lesquelles, de surcroît, n’ont pas besoin de lui pour les mettre en œuvre.

L’essentiel de la production de richesses se jouerait donc en dehors de l’emploi. Entre les figures de la cigale insouciante et de la fourmi industrieuse, Moulier-Boutang en interpose une troisième, celle de l’abeille : son travail de pollinisation ne crée pas de valeur directe, mais aucune production ne pourrait exister sans lui. De même, chacun, par ses activités quotidiennes les plus anodines, participe indirectement à l’économie.
L’argument a l’avantage de renvoyer à leur inanité les représentations fantasmatiques, agitées par les démagogues, d’« assistés » inutiles et fainéants vivant du travail des autres. Mais en faire la justification du revenu garanti constitue un piège que Gorz avait bien vu : « On reste ainsi sur le plan de la valeur travail et du productivisme. » Or « le revenu d’existence n’a de sens que s’il n’exige ni ne rémunère rien » : il doit au contraire permettre la création « de richesses non monnayables » (19).
Nul besoin, de toute façon, d’en passer par le general intellect pour fonder en théorie l’instauration d’un revenu garanti. Dans La Justice agraire, en 1796, l’un des premiers promoteurs de l’idée, le révolutionnaire anglo-américain Thomas Paine, y voyait une juste indemnisation pour l’appropriation par quelques-uns de la terre, pourtant censée appartenir à tous…
Mona Chollet
(2) Yann Moulier-Boutang, L’Abeille et l’Economiste, Carnets Nord, Paris, 2010.
(3) Projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2013, annexe 5.
(4) Pôle emploi continuerait sans doute à exister, puisqu’il y aurait toujours un marché du travail, mais changerait radicalement de mission.
(5) Baptiste Mylondo, Un revenu pour tous. Précis d’utopie réaliste, Utopia, Paris, 2010.
(6Cf. Yannick Vanderborght et Philippe Van Parijs, L’Allocation universelle, La Découverte, coll. «  Repères  », Paris, 2005.
(7) André Gorz, Misères du présent, richesse du possible, Galilée, Paris, 1997.
(8) Lire Jean-Paul Maréchal, «  Revenu minimum ou “deuxième chèque”  ?  », et Ignacio Ramonet, «  L’aurore  », Le Monde diplomatique, respectivement mars 1993 et janvier 2000. Mais aussi Yoland Bresson, «  Instaurer un revenu d’existence contre l’exclusion  », Le Monde diplomatique, février 1994. Créateur en 1989 de l’Association pour l’instauration d’un revenu d’existence (AIRE), cofondateur du BIEN, Bresson est critiqué en raison du faible montant qu’il prône, et qui le classe parmi les promoteurs d’un revenu garanti «  de droite  ».
(9) Christophe Girard, «  Ma contribution pour le congrès du PS, pour un revenu social garanti  », Le Huffington Post, 4 septembre 2012.
(10) Laurent Geffroy, Garantir le revenu. Histoire et actualité d’une utopie concrète, La Découverte - Mauss, coll. «  Recherches  », Paris, 2002.
(11) Lire Sam Pizzigati, «  Plafonner les revenus, une idée américaine  », Le Monde diplomatique, février 2012.
(12) Claude Guillon, Economie de la misère, La Digitale, Quimperlé, 1999.
(1320 Minutes, Paris, 7 octobre 2003.
(14) Lire Ingrid Carlander, «  Les irréductibles de Longo Maï  », Le Monde diplomatique, mars 1996.
(15) «  Revenu garanti, “la première vision positive du XXIe siècle”  », Périphéries, décembre 2010.
(16) Cité par Baptiste Mylondo, Un revenu pour tous, op. cit.
(17L’Allocation universelle, op. cit.
(18) Bernard Friot, L’Enjeu du salaire, La Dispute, coll. «  Travail et salariat  », Paris, 2012.
(19) André Gorz, L’Immatériel, Galilée, Paris, 2003.
Une utopie à portée de main

Aucun commentaire: