dimanche 12 janvier 2014

L'âme des poètes

La vie est plus vaine une image
Que l'ombre sur le mur.
Pourtant l'hiéroglyphe obscur
Qu'y trace ton passage


M'enchante, et ton rire pareil
Au vif éclat des armes;
Et jusqu'à ces menteuses larmes
Qui miraient le soleil.


Mourir non plus n'est ombre vaine.
La nuit, quand tu as peur,
N'écoute pas battre ton coeur:
C'est une étrange peine.

TOULET

3 commentaires:

LOU a dit…

C'est beau !

"Dans Arles où sont les Alyscamps,
Quand l'ombre est rouge, sous les roses,
Et clair le temps,

Prends garde à la douceur des choses.
Lorsque tu sens battre sans cause
Ton cœur trop lourd,

Et que se taisent les colombes :
Parle tout bas, si c'est d'amour,
Au bord des tombes."

LOU a dit…

Connais- tu Les Alyscamps ?

Enitram a dit…

Je voulais dire aussi : C'est beau !!!!
Je ne connais pas les Alycamps, je vais chercher ! Merci Pomme et Lou !!!