jeudi 13 février 2014

Les jeux olympiques

On dit souvent "Mieux vaut tard que jamais" ....

A écouter sur youtube :


Paroles et musique : Henri Tachan

 
Ce s'rait chouette les Jeux Olympiques, 
Tous ces athlètes dans la foulée, 
Pour un marathon fantastique 
A la seule force du mollet. 
Ce s'rait chouette les Jeux Olympiques, 
L'émulation sur la cendrée, 
Ce s'rait chouette les Jeux Olympiques 
Si, nom de Dieu, il n'y avait
 
Leurs p'tits drapeaux 
Leurs p'tits fanions 
Couleur kaki 
Caca d'oie des frontières 
Leurs p'tits drapeaux 
Pour chaque nation
Qui claquent au vent
D'une musique militaire.
 
Ce s'rait chouette les "Souvenez-vous"
Les "N'oublie pas qu'la guerre est conne",
Les recueillements sur les trous
Où les soldats fusillés dorment.
Ce s'rait chouette les "Souvenez-vous",
Le manifestations de paix,
Ce s'rait chouette les "Souvenez-vous"
Si, nom de Dieu, il n'y avait
 
Leurs p'tits drapeaux 
Leurs p'tits fanions
Leurs p'tits tambours 
Qui battent la cadence
Leurs p'tits drapeaux
Leurs p'tits fanions 
Qui claquent au vent
D'une minute de silence.
 
Ce s'rait chouette d'aller sur la lune
Dans le scaphandre de Pierrot, 
J'y emporterais bien ma plume 
Pour vous écrire quelques mots 
Ce s'rait chouette d'aller sur la lune
En vacance pour milles étés, 
Ce s'rait chouette d'aller sur la lune 
Si, nom de Dieu, il n'y avait
 
Leurs p'tits drapeaux 
Leurs p'tits fanions 
Pour cette fois Ricains
de préférence
Leurs p'tits drapeaux
Leurs p'tits fanions 
Leurs p'tites étoiles 
La Grande Ourse s'en balance
 
Ce s'rait chouette si tous les drapeaux 
Voulaient bien se donner la hampe,
Ca f'rait des pyjamas très beaux,
Des soutiens-gorge pour les vamps.
Ce s'rait chouette si tous les drapeaux 
Finissaient un jour draps de lits. 
On y ferait l'amour bien au chaud
Avec les filles de leur pays…

3 commentaires:

solveig a dit…

Henri Tachan ... j'aimais bien !
Evidemment, plus de place pour lui sur les ondes, dommage.

Gine a dit…

Je ne le connaissais pas, mais j'aime bien! Merci!

François Le Niçois a dit…

Vieux motard que j'aimais