jeudi 27 mars 2014

Claude, Serge et Guillaume...



Une pensée d'amour au Grand Serge qui nous chantait son "Pont Mirabeau" en ..... 1972.
C'était hier ......

Claude




Le Pont Mirabeau

Sous le Pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu´il m´en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l´heure
Les jours s´en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l´onde si lasse

Vienne la nuit sonne l´heure
Les jours s´en vont je demeure

L´amour s´en va comme cette eau courante
L´amour s´en va
Comme la vie est lente
Et comme l´espérance est violente

Vienne la nuit sonne l´heure
Les jours s´en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passait
Ni les amours reviennent
Sous le Pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l´heure
Les jours s´en vont je demeure

____________________________________________________

Le Pont Mirabeau
est un poème du poète français Guillaume Apollinaire
paru dans le denier numéro de la revue Les Soirées de Paris en février 1912
puis repris en 1913 dans son recueil Alcools, où il figure en deuxième position
entre Zone et La Chanson du mal-aimé.
Il traite de la disparition de l'amour avec le passage du temps,
dont la métaphore est l'écoulement de la Seine sous le pont Mirabeau, à Paris.
Une plaque sur ce dernier reprend aujourd'hui les premiers vers du poème.

Aucun commentaire: