jeudi 24 avril 2014

Le fil de Sophie

Ceux que torturent les chaleurs de l'été, languissent après le clair de lune automnal, sans même être effrayés à l'idée qu'alors cent jours de leur vie seront à jamais passés.

Bouddah Shakyamuni


Aucun commentaire: