A vous, amis des contes, des légendes, des êtres et des lieux étranges; amis des jardins, des champs, des bois , des rivières ; amis des bêtes à poils, à plumes ou autrement faites ; amis de toutes choses vivantes, passées, présentes ou futures, je dédie cet almanach et ses deux petits frères: rvcontes et gdscendu.

Tantôt chronique, tantôt gazette, ils vous diront le saint du jour, son histoire et le temps qu’il vous offrira ; ils vous diront que faire au jardin et les légendes des arbres et des fleurs. Ils vous conteront ce qui s’est passé à la même date en d’autres temps. Ils vous donneront recettes de cuisines et d’élixirs plus ou moins magiques, sans oublier, poèmes, chansons, mots d’auteurs, histoires drôles et dictons… quelques extraits de livres aimés aussi et parfois les humeurs et indignations de la chroniqueuse.

Bref, fouillez, farfouillez, il y a une rubrique par jour de l’année. Puisse cet almanach faire de chacun de vos jours, un Bon Jour.

Et n'oubliez pas que l'Almanach a deux extensions: rvcontes.blogspot.fr où vous trouverez contes et légendes de tous temps et de tous pays et gdscendu.blogspot.fr consacré au jardinage et tout ce qui s'y rapporte.


En principe, pour toujours et en toutes choses j'étais du même avis que mon patron. Je n'avais pas fait de grands progrès pratiques au cours de mon existence tracassée, mais j'avais appris quand même les bons principes d'étiquette de la servitude.

Louis-Ferdinand CELINE (1894-1961), Voyage au bout de la nuit.

lundi 5 mai 2014

L'âme des poètes

O! mon amour est comme une rose, une rose rouge
Nouvellement éclose en juin;
O! mon amour est comme une mélodie
Chantée d'une voix juste et douce.

Tu es aussi beau, mon tendre ami,
Que mon amour est profond,
Et je t'aimerai encore, mon chéri, 
Lorsque les océans seront desséchés.

Lorsque les océans seront desséchés
Et que les rochers auront fondu au soleil,
Je t'aimerai encore, mon chéri, 
Tant que le sablier de ma vie coulera.

Adieu, mon seul amour,
Que tes jours soient heureux!
Je reviendrai, mon amour, 
Dussé-je franchir dix mille lieues.

Robert BURNS

Aucun commentaire: