jeudi 15 mai 2014

Les chansons de Claude

Un immense talent, méconnu de beaucoup :

Michèle Bernard


Allez, on s'en offre 2 d'un coup :




   
L'éducation sentimentale
de Michèle Bernard
C'est un petit asticot blanc
Qu'a traversé pendant un an
Un bouquin qu'on n' lisait plus guère
Et qui dormait sur l'étagère
Il l'a troué de part en part
Faut dire qu'il était pas flemmard
Pour se descendre en transversale
L'éducation sentimentale

Un trou dans le point sur le i
D' sentimentale, c'était parti
Une fois franchie la couverture
Pouvait commencer l'aventure
Cet auteur, il l'a adoré
On peut dire qu'il l'a dévoré
Ce mille-feuilles de huit cent douze pages
Comme on fait un trou dans le fromage

Mais quelques pages avant la fin
Il se dit "Je n'ai plus très faim"
Et dans la couverture bleu pâle
D' l'éducation sentimentale
Il s'est endormi bienheureux
Non sans faire une crotte ou deux
Ce qui fit un peu de poussière
Sur le rebord de l'étagère

Cela attira l'attention
D'un gars qui l' mit sans transition
Dans une boîte de ferraille
Grouillant d'asticots de sa taille
Un gros hameçon de métal
Qu'avait rien de sentimental
L'envoya valser dans l'Ardèche
Il trouva l'eau un peu trop fraîche

Elle n'avait même pas lu Flaubert
Celle qui l'avala de travers
Et le tint serré dans sa luette :
Une grosse perche analphabète.
Comme quoi aimer les grands auteurs
Ça vous protège pas du malheur
Et s'il faut finir en friture
C'est à dégoûter d' la lecture

Et ce petit asticot blanc
Mourut dans un calme troublant
Ce qu'il trouva surtout dommage
C'est d' pas connaître les dernières pages
De c' bouquin qu'on n' lisait plus guère
Et qui dormait sur l'étagère
Dans sa belle couverture bleu pâle
"L'éducation sentimentale"
Je T'aime
de Michèle Bernard
Je m'fous du cours du dollar
Je m'fous des jeux de hasard
Même si j'y joue quand même Je t'aime

On dit la bourse ou la vie
Ben moi, j'ai déjà choisi
Je m'fous du mark et du yen
Je t'aime

Je me fous du prix Goncourt
Je me fous des prix tout court
Les championnats, les grands chelems
Je t'aime

Je m'fous de la météo
Je sais bien l'temps qu'il fait au
Creux d'tes bras doux comme la crème
Je t'aime

Je m'fous des voyages d'affaire
Des colloques, des séminaires
J'fais mes confitures moi-même
Je t'aime

Les conquérants, les gagneurs
Ça m'fait vomir, ça m'fait peur
J'sais pas quelle folie les mène
Je t'aime

S'ils bousillent ce qui restait
Des jardins qu'on habitait
S'ils tarissent nos fontaines
Je t'aime

Mon amour, on mourira
Chacun son tour et y'a qu'ça
Qui me pose vraiment problème
Je t'aime

Qui de l'autre fermera
Les yeux quand tout finira
Comme deux p'tits feux qui s'éteignent
Je t'aime

Et qui de nous choisira
Paumé à Interflora
La couleur du chrysanthème
Je t'aime

Je m'fous pas mal des oracles
Les abrutis du Zodiaque
Disent que t'es pas dans mon thème
Je t'aime

Tu vois on peut rien prévoir
Et puis je m'fous de savoir
Tout c'que j'sais devine toi-même
Je t'aime




Antoinette et Claude

Aucun commentaire: