jeudi 5 février 2015

Les Années d'une vie



Sept. L'enfant perd ses dents et d'autres les remplacent
Et son esprit s'accroît. Sept ans encore se passent
Et son corps florissant se prépare aux amours.
Trois fois sept: sa vigueur va grandissant toujours
Et sur sa fraîche joue un blond duvet se lève.
Sept encore: il est mûr pour les travaux du glaive;
Son esprit et son corps sont tous deux accomplis.
Cinq fois sept: il est temps que vers de justes lits
Il tourne sa pensée et choisisse une femme.
Six fois sept: il a su, enrichissant son âme,
Vivre, penser, combattre, obtenir, s'efforcer;
S'il le fallait, sans deuil il pourrait renoncer
Aux biens trop éloignés,  au but peu accessible,
Content dorénavant de jouir du possible.
Sept fois sept, huit fois sept: son aisance est suprême;
Il s'impose à autrui, il se connaît soi-même;
Neuf fois sept: tout en lui a gardé sa fierté,
Mais sa voix au conseil est désormais moins sûre,
Il sent diminuer sa vieille autorité.
Dix fois sept: de la vie il a pris la mesure:
Il va pouvoir dormir avec sérénité.

SOLON (VII°-VI° av.JC) traduction Marguerite Yourcenar

Illustration Gustave KLIMT

1 commentaire:

Marité a dit…

Très juste !!! J'en suis presque à la fin... pffff !!!
GROS BECS