lundi 23 février 2015

L'Esprit et l'Eau



Salut donc; ô monde nouveau à mes yeux, ô monde maintenant total!
Ô credo entier des choses visibles et invisibles, je vous accepte avec un coeur catholique!
Où que je tourne la tête
J'envisage l'immense octave de la création!
Le monde s'ouvre et, si large qu'en soit l'empan, mon regard le traverse d'un bout à l'autre.
J'ai pesé le soleil ainsi qu'un gros mouton que deux hommes forts suspendent à une perche entre leurs épaules.
J'ai recensé l'armée des Cieux et j'en ai dressé état,
Depuis les grandes figures qui se penchent vers le vieillard Océan
Jusqu'au feu le plus rare englouti dans le plus profond abîme,
Ainsi que le Pacifique bleu sombre où le baleinier épie l'évent d'un souffleur comme un duvet blanc.
Vous êtes pris et d'un bout du monde jusqu'à l'autre autour de Vous
J'ai tendu l'immense rets de ma connaissance.
Comme la phrase qui prend aux cuivres
Gagne les bois et progressivement envahit les profondeurs de l'orchestre,
Et comme les éruptions du soleil
Se répercutent sur la terre en crises d'eau et en raz de marée,
Ainsi du plus grand Ange qui vous voit jusqu'au caillou de la route et d'un bout de votre création jusqu'à l'autre,
Il ne cesse point continuité, non plus que de l'âme au corps;
Le mouvement ineffable des Séraphins se propage aux Neuf ordres des Esprits,
Et voici le vent qui se lève à sont tour sur la terre, le Semeur, le Moissonneur!
Ainsi l'eau continue l'esprit, et le supporte, et l'alimente
Et entre
Toutes vos créatures jusqu'à vous il y a comme un lien liquide.

CLAUDEL

Aucun commentaire: