samedi 7 février 2015

Sur sa carrière d'homme d'état...

........



Nicolas Knüpfer - Solon devant Crésus

Ô temps, sois mon témoin! Et toi, ô noire Terre,
Mère de tous les dieux! Toi que j'ai délivrée
Des bornes dont tu fus bassement encombrée
Par les accapareurs! Toi que j'ai affranchie!
Redressant la Justice indignement gauchie,
J'ai ramené dans leurs foyers par Zeus bâtis
Les exilés, innocents ou non, engloutis
Dans le malheur, vendus, chassés, ou bien partis
D'eux-mêmes, et si longtemps errants à l'étranger
En proie à la misère, au malheur, au danger, 
Qu'ils avaient oublié la langue de leurs pères!
Et d'autres qui tremblaient sous un injuste maître, 
Ici même, opprimés, je les ai fait renaître.
Et de nouveau, grâce à mes lois, les voilà libres!
J'ai réparé, j'ai joint, j'ai rapproché les fibres,
Aidant les pauvres, juste envers les gens prospères,
En haut ainsi qu'en bas, j'ai placé l'équité.
Un cupide ou un lâche eut peut-être hésité
Sans savoir diriger et tenir en respect
La foule. Je n'ai pas, pour être moins suspect
A certains, transigé, pactisé; quand les chiens
Attaquent, le loup les tient en respect; les biens
Reçus grâce à mes lois, ils n'osaient en rêver, 
Et de meilleurs que nous vont plus tard m'approuver.
J'empêchai que chacun, à son gré, n'écrémât
Le lait de tous. Et quand la colère enflamma
Les deux partis, moi seul, entre eux , médiateur,
Je me tins...

SOLON(VII°-VI° av.JC) traduction Marguerite Yourcenar

Aucun commentaire: