lundi 16 mars 2015

L'âme des poètes, (encore elle)

Résultat de recherche d'images pour "cafetière cona"



Décidément, les poètes abondent dans la famille, et leurs oeuvres me parviennent en grappes... Ici c'est un cousin éloigné qui regarde la cafetière avec impatience...

"Jusques à quand Catilina..."
Tonnait le tribun somnifère:
Ainsi, chacun dans notre sphère;
Pensions- nous autour du Kona.
-Tout passe, hélas! Il faut s'y faire,
L'âge fuit, mais..."jusques à quand?;
Chacun temporise et diffère
Et se débat dans un carcan;
Tout passe, tout finit, tout tombe
Drainé vers le fatal Rond-Point;
Oui, tout passe ainsi qu'une trombe:
Seul ce café ne passe point.

De même, aux noces de Cana
L'eau fut du vin, la belle affaire
De ne pouvoir même pas faire
Avec de l'eau que chacun a 
Ce moka que chacun préfère
Et dont l'arôme provoquant
Grisait, sous nos nez l'atmosphère

"France, ton café fout le camp"
Disait un roi à sa palombe
Mais j'en sais un qui, sur ce point
Est plus immobile que tombe
Car, ce café ne passe point!

Mais il fume comme l'Etna
Il souffle comme un mammifère;
On le secoue, on le transfère
Le cajole comme une Donna!
En vain on suppute, on confère
Autour du trop noir délinquant...
Trompant l'heure soporifère
Chacun devient plus éloquent;
L'oeil s'ouvre, le thorax se bombe, 
Avec le temps un espoir point
... Hélas! tout cet effort succombe:
Non!... ce café ne passe point.

Lors plus ardent que Catinat
Et plus svelte qu'un conifère
Empoignant la double hémisphère
Tu t'enfermes au cadenas
Dans ton antre tu vocifères:
Quel sabbat Seigneur, quel boucan
On dirait d'un cheval qu'on ferre
Puis, plus éruptif qu'un volcan
Soudain tu reparais en bombe
Le plateau servi sur un poing
L'autre cambré sur une lombe
"Hein, ce café ne passe point?"

ENVOI-

Il est passé! Je le profère
Prince des cafés capricants
Mais va dire à son fabricant
Qu'il vende avec un léthifère
Car si mon esprit l'évoquant
A tout moment, dans tous les coins
En pensée ne peut s'en défaire
... Ce café ne passera point

Jacques Reynaud Flavigny 19...



Aucun commentaire: