samedi 14 mars 2015

L'âme des poètes

Un poète ignoré que je viens de découvrir: mon grand-père. Il est mort en 1924, juste rentré de la guerre, qu'il n'avait pas aimée. Il n'avait pas 35 ans.
Je lis que ce poème a été récupéré d'un manuscrit détruit dans l'incendie de Brin-sur-Seille, son village natal. Le manuscrit s'intitulait "Javelles et Brindilles".





-Au Pays de la Seille

Les Faucheurs

Le chaud soleil de juin a flétri les prairies.
Les boeufs, en sommeillant, hument l'odeur des foins, 
Car le parfum des prés, au fond des métairies,
Pénètre avec la brise, embaumant tous les coins.

Avant l'aube levés, le coeur joyeux, alertes,
Par bande les faucheurs s'en vont à leur travail.
Ils coupent l'herbe mûre en longues lignes vertes
Où le métal des faux a l'éclat de l'émail.

Je suis, dans leur labeur, ces rudes faucheurs d'herbes
Dont la faulx brille comme un tranchant nonpareil,
Car ils semblent des dieux, - ces paysans superbes -, 
Qui coupent, dans les foins, des tranches de soleil!

(Juin 1914) Paul HUMBERT



2 commentaires:

Josette a dit…

je découvre avec grand plaisir... La Seille est une rivière que je fréquente à l'occasion de mes séjours mosellan

Enitram a dit…

Quelle belle surprise pour toi et pour nous de nous le présenter aujourd'hui !!!