jeudi 10 septembre 2015

Eternel recommencement...

Résultat de recherche d'images pour "tyrtée"... Pour un homme de coeur il est beau de mourir
Pour son pays, luttant aux premiers rangs.
Celui qui fuit sa ferme avec ses vieux parents, 
Avec sa femme et ses pauvres petits,
Et s'en va mendier son pain aux étrangers,
Le malheureux! Nul ne lui vient en aide.
Quittant leur bonne terre et leurs murs bien bâtis,
Lui et les siens, troupe faible et honnie,
Déshonorant leur race, asservis, outragés, 
Périront tous avec ignominie.
Donc, que chacun combatte, armé du fer tranchant,
Pour sa cité, ses enfants et son champ!
Garçons serrez vos rangs! Honte à celui qui cède!
Entraidez-vous! Avancez flanc à flanc!
N'abandonnez jamais le vétéran qui tombe
A vos côtés, ou trébuche en marchant!

Car c'est pitié de voir un homme à barbe blanche,
De ses deux mains pressant son ventre ouvert,
Succomber à vos pieds, et le sang noir s'épanche
De son vieux corps, tristement découvert.
Mais le garçon qui meurt, jeune et beau, dans sa fleur,
Aimé de tous, désiré par les femmes, 
Reste envié, percé par le fer qui l'abat,
Et son beau corps resplendit dans la mort.
Mordez-vous donc la lèvre, et, brandissant vos lames,
Enracinés au poste de combat,
Combattez hardiment et sans rompre le rang...

TYRTEE (II°siècle avant notre ère) traduction Marguerite Yourcenar.

Aucun commentaire: