samedi 30 janvier 2016

Les taxis sont gentils... parfois...

La réputation de 'gros beauf's" des taxis parisiens est hélas trop souvent justifiée. Mais ce n'est pas toujours le cas et quand ils sont généreux , ils ne le sont pas qu'un peu...
J'avais, il y a de cela pas mal d'années, une petite chienne fofolle du nom de Thisbé... Référence mythologique qui s'est très vite révélée verlan..Nous habitions Boulogne.. Voilà qu'un soir, sortant du métro après une journée de dur labeur, chargée de divers paquets, je trébuche entre deux pavés et lâche la laisse... Thisbé, folle de joie part au grand galop, l'angle de la rue me la dissimule et j'entends hurler des freins... Je me ramasse au plus vite, je cours pour voir ma chienne étendue comme un gant de toilette dans le caniveau... Inanimée...
Alors que je me penche, sur elle un taxi s'arrête (la voiture coupable avait disparu, bien entendu). Le chauffeur du taxi me propose de l'aide et moi, sotte, je dis non merci ça va...
Mais non! Ca ne va pas... la chienne ne bouge plus, j'ose à peine la prendre de peur d'aggraver les choses... Et je me retourne... heureusement, le taxi était toujours là..
"Si, si merci... emmenez-moi chez le véto!"... Le chauffeur prend mon fourbi et me tend une couverture que nous glissons sous la chienne et on l'étend sur le siège arrière... J'indique l'adresse de Dewailly qui était alors notre médecin traitant, près de l'église de Boulogne... 
Arrivés là le chauffeur me dit: "J'ai fini ma journée, si vous voulez, je vous attends!" Proposition bienvenue puisque de l'église au Pont de Sèvres, il n'y avait alors, ni bus ni métro....
Bon, je passe les détails, la chienne n'avait rien de cassé, mais en état de choc elle risquait de ne pas se réveiller, si elle n'était pas stimulée régulièrement. Les King Charles sont comme ça, ils peuvent mourir d'émotion violente. Le jeune véto qui s'occupait de nous me dit qu'il l'emmène dans une clinique qu'il avait à Courbevoie mieux équipée et que je saurais le lendemain matin seulement si elle vivrait ou pas...
Je laisse à penser dans quel état j'étais... Le taxi me ramène chez moi avec des paroles réconfortantes (et la voiture aussi!) et me propose de revenir me prendre le lendemain matin pour m'emmener chercher la chienne... morte ou vive... Et il ajoute: "Ne vous en faites pas j'arrête le compteur quand j'attends , vous ne me devrez que le trajet."
Le lendemain, il était là... nous sommes allés chercher Thisbé encore dolente mais bien vivante...
Le taxi nous a conduit au boulot... a refusé de me donner son adresse car il ne voulait pas de remerciements et quelques mois plus tard... "Je passais par là  a-t-il dit;" il a poussé la porte du magasin pour prendre des nouvelles... La chienne l'a reçu avec enthousiasme et je ne lui ai pas dit  que c'était sa manière ordinaire de recevoir les visiteurs... 
Il y a vraiment dans le monde des gens super et certains sont chauffeurs de taxis..

.La fin de l'histoire, c'est qu'après l'accident, elle ne voulait plus marcher que dans l'herbe...A Paris, c'est pratique! Il fallait que je la porte et elle pesait pas loin de 9 kilos... J'étais épuisée! Jusqu'au matin où de fatigue, j'ai raté un trottoir et je me suis retrouvée à plat ventre, (le chienne toujours dans mes bras) sous le nez d'un chien de défense qui montait la garde avec un vigile devant l'hôtel Plazza... Ni le chien ni son maître n'ont remué une oreille... Mais là... j'ai posé la chienne sur ses 4 pattes et j'ai tiré sur la laisse jusqu'à ce qu'elle bouge.... La conclusion définitive c'est qu'un chien en ville, c'est pas bien! Et du coup, c'est la ville que j'ai quitté... les chiens sont plus raisonnables que nous.

2 commentaires:

Gine Proz a dit…

Beau témoignage! Il y a des humains, partout!
Ayant peur de la foule, je prenais beaucoup les taxis sur Paris, et vraiment, je n'ai jamais compris leur mauvaise réputation. Toujours, j'ai été accueillie avec serviabilité et sympathie!

LOU a dit…

Joli récit, haletant. Heureusement, qu'il reste, sur terre, de belle personne !