samedi 4 novembre 2017

Automne

Les sanglots longs des violons de l'automne
Bercent mon coeur d'une langueur monotone.
Tout suffocant et blême quand sonne l'heure,
Je me souviens des jours anciens et je pleure
Et je m'en vais au vent mauvais qui m'emporte
Deçà, delà, pareil à la feuille morte.

Paul Verlaine, Poèmes saturniens, 1866.

4 commentaires:

Marité a dit…

Il semble bien triste l'automne chez toi.
Attends que le fauve te réchauffe le coeur...
GROS BECS Pomme.

Michel Turquin alias Mitch' a dit…

Et je m'en vais
Au vent mauvais
Qui m'emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Magnifique poème.
Bise

almanachronique a dit…

tkt! comme disent les jeunes... C'est probablement parce que j'avais mal aux dents...

Marité a dit…

Le mal de dents peut être un mal d'amour... :-)
Bon dimanche et GROS BECS !