A vous, amis des contes, des légendes, des êtres et des lieux étranges; amis des jardins, des champs, des bois , des rivières ; amis des bêtes à poils, à plumes ou autrement faites ; amis de toutes choses vivantes, passées, présentes ou futures, je dédie cet almanach et ses deux petits frères: auboisdesbiches et gdscendu.

Tantôt chronique, tantôt gazette, ils vous diront le saint du jour, son histoire et le temps qu’il vous offrira ; ils vous diront que faire au jardin et les légendes des arbres et des fleurs. Ils vous conteront ce qui s’est passé à la même date en d’autres temps. Ils vous donneront recettes de cuisines et d’élixirs plus ou moins magiques, sans oublier, poèmes, chansons, mots d’auteurs, histoires drôles et dictons… quelques extraits de livres aimés aussi et parfois les humeurs et indignations de la chroniqueuse.

Bref, fouillez, farfouillez, il y a une rubrique par jour de l’année. Puisse cet almanach faire de chacun de vos jours, un Bon Jour.

Et n'oubliez pas que l'Almanach a deux extensions: rvcontes.blogspot.fr où vous trouverez contes et légendes de tous temps et de tous pays et gdscendu.blogspot.fr consacré au jardinage et tout ce qui s'y rapporte.

samedi 27 février 2010

Entrez dans la ronde X. X..dernière question

Le premier livre aimé d'amour.
Au risque de vous paraître inconstante, il me paraît impossible en ce domaine de n'avoir eu qu'un seul amour. La vie est longue et les livres comme les émois nous entourent; la tentation est faite pour qu'on y succombe. Le bon Jean que je cite en dernier post ne m'aurait pas contredite.
Le premier tout premier et que j'aime encore au point d'avoir chez moi son héroïne est "La Fidèle Lassie.". Plus fidèle que moi? Allons, les nouvelles amours ne font pas oublier les anciennes! 
J'ai pleuré aux aventures de Lassie, à chaque page, à chaque chapitre. Car lisant et relisant, je ne pleurais pas à chaque fois au même endroit.
Jusqu'à cet après-midi de pluie et de vacances où fuyant les jeux bruyants et brutaux de mes cousins et frères, ma douce arrière grand-mère Clémentine m'a ouvert le second grenier. Le premier où l'on étendait le linge était autorisé, mais le second dont seule Clémentine avait la régence était préservé des enfants. J'y suis entrée ce jour-là et, à la lueur trouble de l'imposte, (on a de bons yeux à douze ans), j'ai pu puiser dans les caisses de livres du grand-père inconnu, puisque mort à la trentaine des suites de la guerre de 14-18.   Il était instituteur. j'ai découvert là, le Tour de France de deux enfants (livre du maître), les Mystères de Paris, moins le premier tome, (l'histoire du premier tome des Mystères de Paris vaut un post à elle seule; ce sera pour une autre fois.), le magazine Nos Loisirs et le Vautour de la Sierra, (Ca aussi ce sera pour une autre fois), et surtout, surtout, le plus aimé de tous: une édition de théâtre complet de Racine, en 4 volumes, reliés de rouge. Edition commentée, annotée, expliquant le pourquoi et le comment de chaque pièce, comment en même temps Corneille et Rotrou traitaient le même sujet, les beautés de la langue et la musique des vers et.... j'ai aimé Racine, je l'aime encore, j'ai toujours le volumes que je recolle et rafistole car à force d'être lus, ils souffrent. Oui, je les lis toujours, même si les minuscules caractères des notes demandent un bon éclairage et des lunettes (mes douze ans sont loin!)...
Et comment quitter cette ronde sans parler de Colette. Colette, les Claudine, ses chats....oui les chats de Colette la féline, Colette qui avant nous a tout osé de ce qui semble aujourdhui encore sulfureux.
Colette libre dans sa vie et ses amours et qui fut la première de ces "cougars" dont parlent nos magazines:

Colette qui quitta un des ses maris pour vivre une romance avec le fils de ce dernier et qui fut tendrement veillée jusqu'à sa dernière heure par Maurice Goudeket de beaucoup son cadet.
Il faut relire à ce propos , Chéri et le Blé en Herbe.
Dernier tour de valse avant de penser à tous ceux et celles que j'ai omis et merci à qui a initié cette ronde qui m'a permis de passer en revue et fait partager ce "vice impuni, la lecture".
C'est de qui ça, au fait?
P.

4 commentaires:

Odile a dit…

C'est de Valéry Larbaud ;-))
OH Pomme, tu aimes Colette !! J'en suis ravie, comme tu dis il faut la lire et la relire encore, pour la qualité d'écrire, pour son rythme et sa vitalité... Pour ses rosseries et ses lâchetés aussi,parfois.
J'imagine tes découvertes de petite fille, dans ce grenier, j'en ai le coeur qui bat la chamade. Et je comprends que tu gardes précieusement de tels trésors.
Bises et bonne journée.

anne des ocreries a dit…

Aaaah ! Colette ! j'avais tout lu d'elle, à dix ans, et sa grande ombre, je la sens souvent penchée sur mon épaule, certains après-midi d'été, dans ce Berry pas si éloigné de sa Bourgogne.....

Lulu archive Availles a dit…

Merci pour cette belle histoire de grenier de grand-mère !

Odile a dit…

"pour la qualité d'écrire" (voir mon message précédent)... ouaiche ! Qualité d'écriture, quoi :-)))