A vous, amis des contes, des légendes, des êtres et des lieux étranges; amis des jardins, des champs, des bois , des rivières ; amis des bêtes à poils, à plumes ou autrement faites ; amis de toutes choses vivantes, passées, présentes ou futures, je dédie cet almanach et ses deux petits frères: rvcontes et gdscendu.

Tantôt chronique, tantôt gazette, ils vous diront le saint du jour, son histoire et le temps qu’il vous offrira ; ils vous diront que faire au jardin et les légendes des arbres et des fleurs. Ils vous conteront ce qui s’est passé à la même date en d’autres temps. Ils vous donneront recettes de cuisines et d’élixirs plus ou moins magiques, sans oublier, poèmes, chansons, mots d’auteurs, histoires drôles et dictons… quelques extraits de livres aimés aussi et parfois les humeurs et indignations de la chroniqueuse.

Bref, fouillez, farfouillez, il y a une rubrique par jour de l’année. Puisse cet almanach faire de chacun de vos jours, un Bon Jour.

Et n'oubliez pas que l'Almanach a deux extensions: rvcontes.blogspot.fr où vous trouverez contes et légendes de tous temps et de tous pays et gdscendu.blogspot.fr consacré au jardinage et tout ce qui s'y rapporte.

musique




La beauté de la musique il faut deux fois pour la comprendre, la femme et la nature c'est en un clin d'oeil.

James JOYCE (1882-1941, Ulysse.

vendredi 31 octobre 2014

jeudi 30 octobre 2014

Bonne conduite

le Billet  d'Alain Rémond

De la conduite des femmes




           

Dimanche dernier, des militantes saoudiennes
se sont mobilisées autour de la campagne
« Levez l’interdiction faite aux femmes de conduire ».
L’Arabie saoudite est en effet le seul pays au monde
où les femmes n’ont pas le droit de conduire.
Pour justifier cette interdiction,
un certain cheikh Saleh Al Lehaydan,
« consultant judiciaire et psychologue »,

affirme que, lorsque les femmes conduisent,
« les ovaires sont automatiquement affectés
et la poussée du bassin en est contrariée,
ce qui explique que la plupart des femmes
qui conduisent régulièrement des voitures
donnent naissance à des enfants
présentant des problèmes de santé »
.
Finalement, les Saoudiennes et leurs enfants ont bien de la chance.

Cela dit, je viens de voir, dans Le Monde , une belle photo
montrant le président de la Banque centrale européenne entouré
du conseil des gouverneurs des dix-huit pays de la zone euro.
Rien que des hommes. Pas une seule femme.
Apparemment, en Europe, les femmes ne sont pas qualifiées
pour conduire la politique monétaire.

Quant à la conduite de la barque de l’Église…
Dis, pourquoi tu tousses ?

mercredi 29 octobre 2014

N'oublions pas que...



Si la vitamine D fixe le calcium, 
C'est l'élastique qui fixe le caleçon!


POPECK : LE BOIS DE BOULOGNE

mardi 28 octobre 2014

Claude l'ami des canards part en guerre contre foie gras et magrets




et en effet qui voudrait priver ces canetons de leur maman?

lundi 27 octobre 2014

Les mineurs grévistes de 1948 réhabilités… en 2014




J'en ai gardé le souvenir de ces "gueules noires"
venues mendier quelque argent pour tenir ...
Les pièces tombaient drues dans la cour du vieil immeuble
que nous habitions à Nanterre, 3 étages, 6 appartements par étage,
pour la plupart habités par des ouvriers de l'usine SIMCA
située à quelques centaines de mètres de notre immeuble.
En ces temps d'après guerre, ils étaient pauvres, mais généreux ....

C
laude
____________________________________

C'est l'aboutissement d'un long parcours, qui aura duré plusieurs décennies,
pour obtenir réparation des injustices subies par les mineurs grévistes du Pas-de-Calais,
en  1948 et 1952, réprimés par les armes, licenciés et expulsés.

La garde des sceaux, Christine Taubira, a annoncé, jeudi 23  octobre, à l'Hôtel de ville de Paris,
à l'occasion d'une soirée d'hommage et de la projection du film L'Honneur des gueules noires,
de Jean-Luc Raynaud, consacré à la grande grève de 1948,
que le gouvernement déposera un amendement au projet de loi de finances pour 2015
reconnaissant le " caractère discriminatoire et abusif " de leur licenciement.

Mémoire intacte
Parmi les invités d'honneur, jeudi soir, de cette soirée d'hommage,
Norbert Gilmez, 92ans,
l'un des rares survivants des grèves de 1948.
Il avait alors 28 ans.
Mineur gréviste à Mazingarbe,
il avait été emprisonné pendant deux semaines puis licencié,
comme 3 000 de ses collègues.
Couvert de dettes, il avait dû revendre sa bicyclette
et jusqu'au landau de sa fille pour refaire sa vie loin de la mine,
parce que les employeurs de la région refusaient de prendre un " licencié de 1948 ".

Depuis, il n'a jamais lâché le combat pour obtenir justice.
" Je suis en piteux état, sourit le frêle vieillard,
qui se remet de plusieurs opérations, mais pour rien au monde je n'aurais raté ça. "
Comme lui, ils seront trente et un survivants ou leurs ayants droit
qui pourront bénéficier du versement d'allocations réparatrices,
dont le montant sera fixé par l'Agence nationale pour la garantie des droits des mineurs.

" Ce geste de l'Etat est si peu de chose. Je m'incline avec modestie, humilité
et un sentiment de fraternité profonde devant les acteurs de cette histoire
que je tiens pour une leçon de vie ",
a souligné Mme  Taubira au cours de cette émouvante soirée d'hommage.

Car, malgré le temps passé, la mémoire de ces journées d'octobre  1948 reste intacte.
Les décrets Lacoste, le ministre de l'industrie d'alors,
qui remettent en question le statut du mineur voté à l'Assemblée nationale en  1946 et le salaire minimal.
La grève, votée à 90  % par les mineurs.
Et le ministre socialiste de l'intérieur, Jules Moch, qui envoie les CRS contre ceux qu'il appelle les " renégats ".

Il y aura six morts parmi les " gueules noires ".
Plus d'un millier de grévistes feront de la prison ferme,
trois mille seront licenciés,
expulsés de leurs maisons des corons fournies par les Charbonnages,
bannis des houillères.
" On n'avait plus rien, on était des parias ",
se souvient Norbert Gilmez.

Aujourd'hui, c'est la fierté qui brille dans ses yeux.

Patrick Roger
© Le Monde

samedi 25 octobre 2014

Un savoureux billet d'Alain Rémond dans La Croix de ce matin. Par Antoinette et Claude



Le biLLet

d'  AlAiN RémONd

Changement



Mais qu’est-ce qu’ils ont tous à vouloir changer de nom ?
Regardez les partis politiques, c’est une véritable épidémie.

Nicolas Sarkozy, on le sait, ne fait pas mystère
de sa volonté de débaptiser l’UMP,
dès qu’il en sera devenu le patron.

Même démangeaison chez Marine Le Pen qui,
non contente de dédiaboliser le Front national,
voudrait qu’il ne soit plus ni Front ni national,
ce que son papa considère comme une ineptie doublée d’un scandale.

Et voilà que Manuel Valls s’y met :
il n’exclut nullement de changer l’étiquette du Parti socialiste,
qui resterait un parti mais ne serait plus socialiste.

Les journaux ne sont pas en reste : voyez Le Nouvel Observateur ,
qui s’appelle désormais L’Obs tout court et n’est donc plus nouveau du tout,
cela au moment même où il lance une nouvelle formule, faut suivre.

Peut-être verra-t-on
Le Point
devenir La Virgule,
L’Express
L’Omnibus,
Le Monde La France
ou La Croix La Bannière (je rigole).

Il fut un temps où l’on voulait changer la vie.
Et puis on a changé d’avis.
Changer la vie, c’est compliqué.
Alors on a décidé de changer le nom de la chose.