A vous, amis des contes, des légendes, des êtres et des lieux étranges; amis des jardins, des champs, des bois , des rivières ; amis des bêtes à poils, à plumes ou autrement faites ; amis de toutes choses vivantes, passées, présentes ou futures, je dédie cet almanach et ses deux petits frères: auboisdesbiches et gdscendu.

Tantôt chronique, tantôt gazette, ils vous diront le saint du jour, son histoire et le temps qu’il vous offrira ; ils vous diront que faire au jardin et les légendes des arbres et des fleurs. Ils vous conteront ce qui s’est passé à la même date en d’autres temps. Ils vous donneront recettes de cuisines et d’élixirs plus ou moins magiques, sans oublier, poèmes, chansons, mots d’auteurs, histoires drôles et dictons… quelques extraits de livres aimés aussi et parfois les humeurs et indignations de la chroniqueuse.

Bref, fouillez, farfouillez, il y a une rubrique par jour de l’année. Puisse cet almanach faire de chacun de vos jours, un Bon Jour.

Et n'oubliez pas que l'Almanach a deux extensions: rvcontes.blogspot.fr où vous trouverez contes et légendes de tous temps et de tous pays et gdscendu.blogspot.fr consacré au jardinage et tout ce qui s'y rapporte.

jeudi 20 mai 2010

Liberté cruelle

Avant que ma Lili préférée ne me le fasse remarquer, je n'avais pas idée que Léna Horn était noire.
Etrange de penser qu'une star de cette importance n'avait pas le droit d'entrer dans les mêmes lieux que ses compatriotes blancs, dans cette même nation qui, au prix d'une lutte sanglante abolit l'esclavage.
Le Sud des Etats-Unis fut ruiné, ravagé, mis à sac par l'inexorable armée de Sherman. Des exactions dont les USA ne rougirent pas plus que de l'ostracisme dans lequel les libérateurs tenaient les libérés puisque le nom de Sherman fut donné aux chars de la Libération (la nôtre).
Cette marche de Sherman à travers le Sud des Etats-Unis, sanglante, impitoyable n'est pas sans évoquer les non moins sanglantes "colonnes de Turreau", dont les Vendéens ne se souviennent qu'avec terreur. Ces "colonnes infernales" envoyées  par la toute neuve République en Vendée avec pour mission de réprimer un soulèvement initié, certes, par une poignée d'aristocrates, mais dont la majeure partie était composé de paysans, firent 160000 morts en quatre mois.
Une guerre civile menée pour défendre la monarchie, tout comme celle des USA fut menée pour défendre les propriétaires d'esclaves.
Pourtant dans les deux cas, les libérateurs se sont montrés plus sauvages, plus cruels que les tenants des idées réactionnaires auxquelles ils devaient mettre un terme...
P.


2 commentaires:

anne des ocreries a dit…

On ne peut donc jamais faire gagner les belles idées autrement que dans le sang ?

P a dit…

On devrait pouvoir!
Mais ceux qui essayent finissent mal

Voir Gandhi...
P.