jeudi 30 septembre 2010

Carnets de voyage (Largentière)

Arrivée en Ardèche à point pour expérimenter le "phénomène Cévenol" ; il se produit rarement, aussi je ne manque pas d'être flattée de la considération qu'il me témoigne. En l'espèce une pluie diluvienne  que le jardin de mon amie appelait de tous ses voeux. Puis à la nuit, un violent orage a éclaté. c'est impressionnant un orge en montagne. De plus Largentière est située au fond d'une sorte d'entonnoir; la maison de mes hôtes est à flanc d'entonnoir, assez en hauteur et j'ai une vue superbe sur les éclairs.
De fait, c'est bien la seule lumière dont on puisse disposer; l'électricité a été coupée, plus rien d'autre à faire que d'aller se coucher avec un livre et une lampe de poche.
Le lendemain, les dégâts sont importants, inondations, coulées de boue, arbres arrachés et pour nous, plus simplement, la porte du garage bloquée; c'est ça le progrès: on ne se bat plus avec les portes... ou elles s'ouvrent ou elles ne s'ouvrent plus pas de moyen terme, et celle qui nous occupe est bloquée de chez bloqué. Impossible de la faire remuer.
Nous sommes mercredi, jour de marché à Joyeuse... heureusement ma voiture est restée dehors, mais G... ne l'est guère, joyeuse. L'artisan débloqueur de portes est sur messagerie... quand viendra-t-il à la rescousse??? On connaît tous ça, l'artisan sur messagerie...
N'empêche, le joli marché d'Ardèche est moins fourni qu'en pleine saison; il y a moins de monde aussi; on trouve à se garer plus facilement. Le boulanger n'a plus de "sacristains", mais d'excellentes fougasses aux olives noires... Et puis... "la frippe" est là! C'est fou ce qu'on peut attraper comme merveilles à 1e pièce...de quoi faire râler ma mère qui  cru faire des affaires à la frippe de Trouville: 10e pièce!!! Quelles folies!.

On termine par une ample moisson de saucissons de toutes natures. A la prochaine étape, ma suédoise préférée va pouvoir sacrifier au sacro- saint rituel bien français du Kir saucisson.
Au retour, la porte du garage, en dépit de nos efforts refuse toujours de bouger et l'artisan est aux abonnés absents. G... a des crampes d'estomac... on s'occupe au jardin, on fait un peu de couture, histoire de "customiser" nos trouvailles du matin... et pour moi quand même un temps d'écriture... je ne suis pas sur terre que pour rigoler...
Jeudi matin, l'horizon s'éclaire, l'artisan se manifeste, il pousse la complaisance jusqu'à se montrer et débloquer cette f...ue porte!
Et nos héroïnes de s'astiquer et de repartir vers de nouvelles aventures, en l'occurence Rochecolombe, un village du XII° siècle perché à flanc de falaise. Les mecs étaient courageux en ce temps là....

Aucun commentaire: