jeudi 14 octobre 2010

OCTOBRE – semaine 3 – jour 1 – US ET COUTUMES






Octobre en bruine,
L’hiver en ruine.


FOURNITURES SCOLAIRES



L’année scolaire est bien entamée ; on voit pointer à l’horizon les premières vacances, celles de la Toussaint .
Il est temps d’inspecter le contenu des sacs et cartables. Les livres et cahiers ont perdu leur bonne odeur de papier neuf ; ils sont déjà gribouillés, écornés, personnalisés en un mot. On a déjà perdu quelques gommes et crayons qu’il faudra renouveler. Mais au fait, de quand datent les fournitures scolaires ?
Les crayons  par exemple : au XII° siècle, les copistes se servaient de tiges de plomb pour rédiger leurs manuscrits. Elles s’usaient vite et coupaient le papier ; au 18° siècle, des anglais eurent l’idée de remplacer le plomb par de la plombagine ou graphite, un minerai qui, comme son nom ne l’indique pas, n’a rien à voir avec le plomb. Très fragile on dût l’enfermer dans des cylindres de bois et voilà le crayon !

Les plumes métalliques : qui les utilise encore aujourd’hui ? Pourtant elles viennent de loin puisqu’on a découvert dans les ruines de Pompéi une plume de bronze assez semblable à nos traditionnelles  « sergent-major ».
Au Moyen-Age, on en faisait en or, en argent, en fer. C’étaient des objets de luxe. Jusqu’au 19° on s’est servi plus couramment de plumes d’oies taillées en pointe.
En 1816 s’ouvre à Birmingham la première fabrique de plumes métalliques ; on invente simultanément le porte-plume.

La gomme elle, est apparue en 1736, date à laquelle le caoutchouc est introduit en Europe.

Quand aux buvards qui eurent leur heure de gloire au temps où ils étaient supports publicitaires, on ne les collectionne plus. Voilà encore un petit commerce (réservé aux cours de récréation) qui a disparu. Ils sont apparus vers le  milieu du 19° siècle. On utilisait auparavant des poudres de couleur que d’un geste élégant on jetait sur la page et qu’on soufflait.






1 commentaire:

Marité a dit…

Dans les cours de récré s'échangent des images que l'on ne peut imaginer et qui n'ont rien de poétique...
Bon dimanche.