jeudi 5 avril 2012

Le roman populaire


Il arrive qu'au détour d'un roman, on rencontre un personnage historique qui devient alors familier comme le héros d'une histoire. Alors, on a envie de connaître le cadre dans lequel il a vécu, les gens qu'il a fréquentés.
On quitte alors la fiction et on entre dans l'histoire qui, du coup, se lit comme un roman.
C'est ainsi qu'adolescente, j'ai lu les sept ou huit pavés qui composent les aventures d'Angélique, la Marquise des Anges. ce n'est pas précisément un ouvrage d'érudition. Mais le siècle où évolua l'héroïne m'est devenu familier et j'ai lu avec facilité tout ce qui s'y rapportait.
non pas que Louis XIV et son temps me passionnent plus qu'un autre roi ou une autre époque,
mais la vulgarisation par le roman a été la clef qui m'a ouvert les portes de cette période.
Même phénomène m'est arrivé pour l'Opéra, que je trouvais plutôt rasoir jusqu'au Don Giovanni de Losey et Mozart Réunis. Le film et l'interprétation on été beaucoup critiqués et maintenant je comprend pourquoi. Il n'empêche que sans cette interprétation discutable et la diabolique séduction de Ruggiero Raimondi, jamais peut-être mes oreilles ne se seraient ouvertes.
Alors, vive le Roman Populaire et vive le Cinéma!

P.

1 commentaire:

FRANKIE PAIN a dit…

belle angélique !