A vous, amis des contes, des légendes, des êtres et des lieux étranges; amis des jardins, des champs, des bois , des rivières ; amis des bêtes à poils, à plumes ou autrement faites ; amis de toutes choses vivantes, passées, présentes ou futures, je dédie cet almanach et ses deux petits frères: auboisdesbiches et gdscendu.

Tantôt chronique, tantôt gazette, ils vous diront le saint du jour, son histoire et le temps qu’il vous offrira ; ils vous diront que faire au jardin et les légendes des arbres et des fleurs. Ils vous conteront ce qui s’est passé à la même date en d’autres temps. Ils vous donneront recettes de cuisines et d’élixirs plus ou moins magiques, sans oublier, poèmes, chansons, mots d’auteurs, histoires drôles et dictons… quelques extraits de livres aimés aussi et parfois les humeurs et indignations de la chroniqueuse.

Bref, fouillez, farfouillez, il y a une rubrique par jour de l’année. Puisse cet almanach faire de chacun de vos jours, un Bon Jour.

Et n'oubliez pas que l'Almanach a deux extensions: rvcontes.blogspot.fr où vous trouverez contes et légendes de tous temps et de tous pays et gdscendu.blogspot.fr consacré au jardinage et tout ce qui s'y rapporte.

jeudi 5 avril 2012

Le roman populaire


Il arrive qu'au détour d'un roman, on rencontre un personnage historique qui devient alors familier comme le héros d'une histoire. Alors, on a envie de connaître le cadre dans lequel il a vécu, les gens qu'il a fréquentés.
On quitte alors la fiction et on entre dans l'histoire qui, du coup, se lit comme un roman.
C'est ainsi qu'adolescente, j'ai lu les sept ou huit pavés qui composent les aventures d'Angélique, la Marquise des Anges. ce n'est pas précisément un ouvrage d'érudition. Mais le siècle où évolua l'héroïne m'est devenu familier et j'ai lu avec facilité tout ce qui s'y rapportait.
non pas que Louis XIV et son temps me passionnent plus qu'un autre roi ou une autre époque,
mais la vulgarisation par le roman a été la clef qui m'a ouvert les portes de cette période.
Même phénomène m'est arrivé pour l'Opéra, que je trouvais plutôt rasoir jusqu'au Don Giovanni de Losey et Mozart Réunis. Le film et l'interprétation on été beaucoup critiqués et maintenant je comprend pourquoi. Il n'empêche que sans cette interprétation discutable et la diabolique séduction de Ruggiero Raimondi, jamais peut-être mes oreilles ne se seraient ouvertes.
Alors, vive le Roman Populaire et vive le Cinéma!

P.

1 commentaire:

FRANKIE PAIN a dit…

belle angélique !