dimanche 19 août 2012

Elle l'a bien mérité...




Parmi tant de statues inutiles dont on encombre nos jardins, nos squares et nos carrefours, il est question d'en élever une qui recevra les hommages de tous les enfants: c'est la statue de la comtesse de Ségur.
elle écrivit, pour sa petite famille, des histoires qui ont fait les délices de plusieurs générations.
On n'imagine pas, à moins de l'avoir essayé, combien il est difficile d'écrire pour les enfants. De très nombreuses publications, des entreprises d'édition considérables s'adressent uniquement à cette clientèle; et dans un pays où les grandes personnes lisent de moins en moins, le public d'âge scolaire sera bientôt le principal consommateur. Cependant, il trouve rarement les produits qui lui conviennent.
La plupart des livres qu'on achète aux enfants leur semble moins destinés qu'à leurs parents; même la pauvreté de l'inspiration et de la composition ne réussit pas à les rendre puérils. Ils sont ineptes, ou pédants, ou maladroits, ou tendancieux; ils ne sont presque jamais empreints de l'esprit de bonté, de franchise, de gaieté cordiale qui a tant de prise et tant d'effets utiles sur le jeune lecteur.
La comtesse de Ségur avait trouvé la note vraie, et bien peu de ses imitateurs l'ont retrouvée. Assez d'écrivains malsains et malfaisants ont un monument sur nos places, pour qu'on accorde le même honneur à une femme de bien.

NOS LOISIRS - 28 avril 1907

5 commentaires:

Jeanmi a dit…

J'ai eu l'idée d'écrire pour les enfants AVEC les enfants. Ce sont eux qui donnaient les idées et je mettais en forme les phrases. Le résultat est étonnant, peu commercialisable mais très original où il est question d'un "carré tout gluant" proche de l'écriture automatique et du surréalisme...

almanachronique a dit…

C'est une très bonne idée, Jeanmi. Je fais çà avec le conte: chaque enfant donne son idée de départ , j'assemble et je raconte; à chaque fois que l'histoire est en panne, je demande la suite. Le résultat n'est pas toujours littéraire, mais surprenant, voire loufoque. Ca change et on s'amuse bien;
Mais çà reste du domaine oral; pas besoin d'écrire, l'imagination est là; intarissable...

Marité a dit…

En maternouille, c'est une pratique courante et très prisée des enfants. Ça fuse !!! Et si l'on met en page (textes et dessins) le résultat est très valorisant pour eux.
GROS BECS.
(Quand te débarrasses-tu de ce robot qui contrarie les commentaires ??? :-)

almanachronique a dit…

Certe, Marité, certes... mais pour aller jusque là, encore faudrait-il que l'omnisciente maîcresse locale tienne compte de ce qui se passe au-dessus de sa tête à la bibliothèque.Le partenariat consiste justa à ne pas me casser les pieds... Ce qui est déjà quelque chose, me diras-tu...
Ayé, j'ai viré le robot; je ne savais pas que je l'avais... un cadeau de Goole au moment du changement d'interface, je suppose!
kiss

solveig a dit…

Ah, ça va mieux comme ça, j'ai viré le mien aussi.
Quant à la ci-devant Comtesse, je lui dois ma prise de conscience de la lutte des classes ...
Je ne sais toujours pas si je dois l'en remercier !