mercredi 17 décembre 2014

Ouest sauvage




« Tire d’abord, questionne ensuite ! »
Tel était le conseil donné par Wild Bill Hickock à ses adjoints du temps qu’il était marshall à Deadwood . Wild Bill  incarne à lui seul toutes les figures  du Western.
Né un 27 mai 1837 dans l’Illinois, l’un des plus célèbres « gunfighters » de l’Ouest, acquit très tôt le goût du risque et de l’aventure. Son père faisait partie d’un réseau clandestin qui aidait les esclaves noirs échappés des plantations du Sud à passer dans les états non esclavagistes.
Il était à peine sorti de l’adolescence quand il arrêta sans aide, le gang Mac Canles à Rock Creek . Cet exploit lui valut  sa réputation de tireur d’élite.
Engagé dans l’armée de l’Union pendant la Guerre Civile, James Butler Hickock gagna le surnom de Wild Bill sous lequel il est entré dans la légende,  par des actes  héroïques non dépourvus de cruauté. Une légende qui fait de lui non pas un assassin, car il se trouvait toujours du côté de la loi, mais en tout cas un personnage qu’il valait mieux ne pas contrarier. Il tirait vite et visait juste.
Démobilisé, il arrive à Fort Riley où il est nommé sherif adjoint. Puis le voilà éclaireur avant d’être shérif à part entière cette fois, à Hays City au Kansas où il conforte sa légende en abattant Tom, le frère du général Custer - qui n’était sans doute pas de son avis-, mais toutefois en état de légitime défense. Tous les cadavres qui jonchent sa route étaient des hors la loi ou des provocateurs.
Il faut dire que l’ouest en ce temps là, n’était pas peuplé de pantouflards lymphatiques.
L’air devenant malsain pour lui, il enfourche les poneys du Pony Expresse et filant comme le vent, botte à botte avec Kit Carson, achemine le courrier de l’Atlantique au Pacifique en des temps records.
On le revoit shérif à Abilène . Il y rencontre, Buffalo Bill et participe au massacre des bisons avant de se produire dans le Wild West Show, où il s’illustre en faisant du tir acrobatique au grand galop.
Séduit par Calamity Jane, il conduit avec elle des diligences jusque dans les Black Hills.
 On trouve de l’or dans le Wyoming . Wild Bill s’y arrête mais comprend vite que ce n’est pas en creusant la terre qu’on fait fortune. Il préfère gagner au poker les dollars que touchent les mineurs en échange de leurs pépites.
 Joueur habile et chanceux, il refusait de s’asseoir en tournant le dos aux portes et aux fenêtres et il aurait du se tenir à cette attitude puisqu’à Deadwood, un jour où il avait gagné contre un certain Jack Mc Call, le mauvais joueur l’abattit d’une balle dans la nuque…
Mauvais joueur ou tueur à gages stipendié par des amis des ses anciennes victimes ?? Allez savoir…


Depuis,  une main qui comporte une paire d’as et une paire de huit noirs est nommée la main du mort ; c’est celle qu’on retrouva près de son cadavre..

3 commentaires:

Marité a dit…

Eh ben, il ne fallait pas s'y frotter à ce "gunfighter" dis donc ! Merci pour cette histoire Pomme !!!
GROS BECS

Michel dit Tonton Mitch' a dit…

Une bien belle histoire , quel personnage en effet !
Merci
Bise

Michel dit Tonton Mitch' a dit…

Une bien belle histoire , quel personnage en effet !
Merci
Bise