dimanche 23 août 2015

Lire et relire


Si le pavé de l’été pèse un peu lourd dans le sac de plage… si vous avez plus envie de papillonner, de vous éparpiller, que de vous investir dans un long roman, ou si vous n’êtes pas en vacances et que vous avez un long trajet en train ou en métro chaque jour… pensez au livre de poche et pensez aux nouvelles, les short stories que maîtrisent si bien les auteurs anglo-saxons. Et si enfin, vous ne craignez pas les histoires policières, fantastiques ou de science-fiction, prenez dans Presses Pocket la collection « Hitchcock présente » ; le volume Histoires qui font mouche, commence justement par La Mouche de George Langelaan que l’auteur dédie à Jean Rostand.. Un film en a été tiré et après l’avoir lu vous saurez qu’avant de jouer avec les atomes, il faut vérifier qu’aucun insecte ne se dissimule sur les parois de la cabine à désintégrer. Vous ne pourrez plus non plus vous empêcher d’examiner cette mouche importune pour vous assurer qu’elle n’aurait pas par hasard la tête et une patte blanches.
Plus loin, Evelyn Waugh explique très clairement ce qu’il en coûte de côtoyer les lecteurs trop émus par Dickens ; vous saurez comment un crime parfait peut se rater par simple distraction et vous sortirez de chaque lecture, serein et heureux de retrouver votre monde à vous, celui dans lequel aucune de ces horreurs ne peut se produire… à moins que….
PP

1 commentaire:

LOU a dit…

En été, je lisais les policiers de la collection jaune du masque et de la plume (je crois). Exbrayat avait ma préférence.