A vous, amis des contes, des légendes, des êtres et des lieux étranges; amis des jardins, des champs, des bois , des rivières ; amis des bêtes à poils, à plumes ou autrement faites ; amis de toutes choses vivantes, passées, présentes ou futures, je dédie cet almanach et ses deux petits frères: auboisdesbiches et gdscendu.

Tantôt chronique, tantôt gazette, ils vous diront le saint du jour, son histoire et le temps qu’il vous offrira ; ils vous diront que faire au jardin et les légendes des arbres et des fleurs. Ils vous conteront ce qui s’est passé à la même date en d’autres temps. Ils vous donneront recettes de cuisines et d’élixirs plus ou moins magiques, sans oublier, poèmes, chansons, mots d’auteurs, histoires drôles et dictons… quelques extraits de livres aimés aussi et parfois les humeurs et indignations de la chroniqueuse.

Bref, fouillez, farfouillez, il y a une rubrique par jour de l’année. Puisse cet almanach faire de chacun de vos jours, un Bon Jour.

Et n'oubliez pas que l'Almanach a deux extensions: rvcontes.blogspot.fr où vous trouverez contes et légendes de tous temps et de tous pays et gdscendu.blogspot.fr consacré au jardinage et tout ce qui s'y rapporte.

lundi 12 juillet 2010

Comme un rêve....

D
errière la maison il y a un mur ; il faut longer le mur.
Le mur est long ; le long du mur est le plus long chemin pour aller plus loin.
Tout au long du chemin, on ne voit pas derrière le mur ; il y a une brèche dans le mur et par la brèche, on peut regarder derrière le mur.
Il faut franchir la brèche, passer derrière le mur .
Au bout du chemin qui est derrière le mur, il y a un réverbère ; un réverbère très long, très souple, qui se balance au gré du vent.
Allons, puisqu’on a tout le temps, jusqu’au réverbère, le réverbère qui se balance…
La petite flamme là-haut vacille, s’épuise et meurt…
Le réverbère éteint se penche et demande poliment : « Avez-vous du feu ? »
Que répondre ?…
Il n’avait qu’à faire attention ; aucun réverbère ne devrait se laisser ainsi secouer par le vent du soir…
Aucun réverbère ne devrait laisser mourir sa flamme au crépuscule…
Mais où trouver du feu ?
Derrière le mur peut-être ?
Alors il faut longer le mur longtemps..
Jusqu’à une autre brèche ; franchir la brèche, longer le mur…
Le réverbère inquiet se balance, tourne sa lanterne en tous sens…
« Penchez-vous réverbère, voici des allumettes, et cessez s’il vous plaît de vous balancer ; tenez-vous droit réverbère ! »
Et le réverbère se tient droit !
Il faut encore longer le mur, franchir la brèche, longer le mur… longer, longer le mur…
Et retrouver la maison…
La maison qui est en face du bureau de tabac… 

PP 

2 commentaires:

jean-jacques a dit…

question subsidiaire: "quand est-ce que le réverbère va enfin déclarer sa flamme?

P a dit…

Quand il voudra, Jean-Jacques...
Quoi de plus séduisant qu'un réverbère enflammé???
P.