A vous, amis des contes, des légendes, des êtres et des lieux étranges; amis des jardins, des champs, des bois , des rivières ; amis des bêtes à poils, à plumes ou autrement faites ; amis de toutes choses vivantes, passées, présentes ou futures, je dédie cet almanach et ses deux petits frères: auboisdesbiches et gdscendu.

Tantôt chronique, tantôt gazette, ils vous diront le saint du jour, son histoire et le temps qu’il vous offrira ; ils vous diront que faire au jardin et les légendes des arbres et des fleurs. Ils vous conteront ce qui s’est passé à la même date en d’autres temps. Ils vous donneront recettes de cuisines et d’élixirs plus ou moins magiques, sans oublier, poèmes, chansons, mots d’auteurs, histoires drôles et dictons… quelques extraits de livres aimés aussi et parfois les humeurs et indignations de la chroniqueuse.

Bref, fouillez, farfouillez, il y a une rubrique par jour de l’année. Puisse cet almanach faire de chacun de vos jours, un Bon Jour.

Et n'oubliez pas que l'Almanach a deux extensions: rvcontes.blogspot.fr où vous trouverez contes et légendes de tous temps et de tous pays et gdscendu.blogspot.fr consacré au jardinage et tout ce qui s'y rapporte.

jeudi 9 septembre 2010

Carnets de voyage - Belfort 2010 (2)

Arrivée finalement mais tardivement à bon port, je suis nantie dès le lendemain de deux guides expérimentées ui n'ont elles, pas perdu le Nord puisqu'elles ont vu l'évolution se dérouler au fil des ans.
Aussi nous allons revoir la ferme de "La Tante" et du "Nonon"; dans ce petit périmètre, presque rien n'a bougé de chaque côté de la route qui descend en pente douce jusqu'au coude masquant le reste du village devenu, lui, méconnaissable. Les maisons ont gardé leur toit qui sur l'arrière traîne jusqu'à terre. Si le tas de fumier symbole de la prospérité du lieu n'orne plus le devant puisque ont disparu les vaches qui le produisaient, les portes charretières cintrées sont toujours là...
Inchangé également le cimetière et son entrée ombragée de tilleuls. Ici, il n'est pas de bonne sortie sans une visite  aux ...disparus?...Non, on les cite, on en parle, on se souvient... de leurs travers, de leurs bons mots, de leur histoire qui devient légende... de la romance inachevée du Paul et de la Célina... et du Milot "qu'avait toujours la casquette de travers":
"- C'était ton "fiancé" neum donc!...
Eh, oui! mon premier fiancé... j'avais quatre ans et lui....quarante peut-être... il me semblait si vieux!
On parcours les allées... on compare, on évalue, l'entretien des tombes, la valeur et la beauté du marbre qui les recouvre... pour ça aussi il y a des modes. On se désole aussi devant celle des tombes qui me semble la plus jolie, la plus poétique; elle est abandonnée, aussi un bergennia a eu le temps d'y former un coussin de feuilles rondes, des roses pompon sont montées à l'assaut de la croix... c'est une honte, commentent ces dames qui connaissent les indifférents... Moi, je préférerais de beaucoup reposer sous quelques fleurs indisciplinées que sous ces marbres bien propres et bien lourds, ornés de fleurs en céramique...
Oui... si j'étais morte, je détesterais le poids de ces dalles sur mon ventre... il me semble que mon fantôme , prisonnier de la pierre pleurerait de ne pouvoir plus s'échapper pour aller de temps en temps revoir le monde et faire d'innocentes niches aux vivants...



Aucun commentaire: