mardi 31 janvier 2012

Ah! la mode de chez nous...

.... Elle (Coco Chanel) haïssait tout ce qui, en limitant les femmes au rôle de femme-objet, leur avait si longtemps interdit de vivre au rythme du sexe fort. Rompre ces entraves aura été son souci majeur et son désir permanent. Il fallait absolument qu'une jupe, qu'une veste suivent et, si possible, favorisent les gestes de al vie moderne: marcher, courir, s'asseoir rapidement. Elle condamnait sans appel et avec  une verve féroce tout ce qui lui paraissait répondre à une esthétique d'un autre temps. Qu'un couturier ait recours à un baleinage, des corsets, des dessous, et elle explosait: "Cet homme était-il fou? Se moquait-il des femmes? Comment, vêtues de ce machin,  pourraient-elles aller, venir, vivre quoi..." Vivre... C'est de cette exigence-là qu'est né le style Chanel, ce style qui était sa seule fierté/ "Je n'aime pas que l'on parle de la mode Chanel, disait-elle. Chanel, c'est d'abord un style. or la mode se démode. Le style jamais."

Edmonde CHARLES - ROUX - Le temps Chanel

4 commentaires:

laurent a dit…

Je disais pleine de bon sens, la dame à la petite robe noire.
(ta bonbonne de gaz est-elle encore gelée? paraît-il que les bouchers se frottent les mains, le temps des bons pots au feu)

almanachronique a dit…

Oui, oui... mes pieds aussi...
Comme elle est dehors, ça ne va pas s'arranger.
Il me reste une plaque électrique, le four et un micro-onde et... de l'imagination...
La dame à la petite robe noire, elle vivait au Ritz... elle avait pas de problèmes de gaz qui gèle, elle!!!

laurent a dit…

Vivre au Ritz ou à la campagne, c'est à peu près la même chose "tant qu' on a de l'imagination"

almanachronique a dit…

Oh, ben... je te demande bien pardon, Laurent, ce n'est pas tout à fait la même chose, même si mes Bloody sont largement aussi bien que ceux du bar Hemingway.
Mon rêve ce serait de pouvoir avoir les deux, en alternance...