vendredi 5 octobre 2012

De l'amour et des feux...

Les jours se font courts et le temps plus frais; il est temps de se mettre au chaud, de rallumer le feu et pourquoi pas... de déclarer sa flamme.
Certes comparer l'amour et le feu relève du lieu commun, mais il est vrai qu'un amour s'allume, s'entretient et meurt tout comme une flambée.
Voyez la flambée: il faut agencer avec soin le papier journal froissé, sur lequel on disposera des brindilles, du petit bois bien sec et quelques bûches qui seront disposées de manière à laisser de l'air passer. Des bûches qu'il faut choisir anciennes, proches de l'amadou pour assurer un bon départ. Ensuite on en posera de plus grosses, plus jeunes pour que le feu dure longtemps. Ensuite, vers la fin de la soirée, on attendra qu'elles soient devenues braises ardentes pour y faire dormir cette lourde pièce de chêne ou d'orme qu'on recouvrira de cendres afin qu'elle ait besoin de toute la nuit pour se consumer doucement; au matin, il suffira de quelques brindilles sèches et d'un souffle énergique pour que la flambée se réveille, joyeuse et crépitante. On peut de cette façon entretenir un feu pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines.
Il faut savoir aussi, quand au matin il ne reste que cendres grises et braises noires, guetter le moindre point rose, la moindre fumerolle et doucement la caresser d'un souffle doux, lui tendre la boule de papier froissé, les quelques feuilles mortes qui lui donneront le goût de renaître. Avec tendresse, avec patience, souffler, souffler encore jusqu'à ce que timide, une flammèche s'élève et s'enroule autour des brindilles. Il est bien rare, quand on en arrive là que le feu refuse de repartir.
Mais si la bûche trop ardente s'est consumée avant la fin de la nuit, si les cendres sont froides irrémédiablement, alors sans états d'âme, videz le foyer, nettoyez-le et recommencez. Ce nouveau feu, faites-le durer le plus longtemps possible.
Vous qui venez de prendre la main d'un nouvel amoureux, faites-lui passer l'épreuve du feu, qu'il soit de cheminée ou feu de camp sous la lune. Voyez comment l'homme se comporte avec le feu... comment il l'allume, comment il l'entretient, comment il le ranime....




3 commentaires:

solveig a dit…

S'il ne veut qu'un semblant de feu artificiel et électrique, je me sauve alors ?

almanachronique a dit…

Oh que oui!!!

croukougnouche a dit…

dans la journée il fait encore très chaud ici, alors notre poêle est toujours en sommeil ainsi que la cheminée ....mais j'adoreaussi ce moment du premier feu de la saison , c'est magique! La douceur de cette présence , avec un livre et un bol de thé fumant ( ou une bonne soupe !)