samedi 5 septembre 2015

Instruction religieuse

1/ Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.
2/ Non.
3/ Ce n'est pas comme ça.
4/ Reprenons depuis le début.

§§§§

  

1/ Au commencement, il y avait Dieu.
2/Et rien d'autre.
3/ Il ne pouvait y avoir rien d'autre car, pour qu'il y eût quelque chose, il eût fallu que Dieu l'eût crée,
4/ Or Dieu n'avait encore rien créé.
4 bis/ Puisque c'était le commencement.
5/ Pour créer, il faut non seulement êtreDieu,
6/ Mais encore il faut savoir qu'on est Dieu.
7/ Or Dieu ne savait pas qu'il était Dieu,
8/ Puisqu'il était tout seul.
9/ Pour savoir qu'on est Dieu, il faut être deux:
10/ Un qui est Dieu, et l'autre qui Lui dit :"Mon Dieu."
11/ Car on ne peut pas être Dieu tout court. On ne peut être que le Dieu de quelqu'un.
12/ Or Dieu était tout seul.
13/ Il n'était donc le Dieu de personne.
14/ J'espère que vous avez tout compris.
15/ Sinon, recommencez en lisant très lentement.
16/ Cela aurait pu durer longtemps.
17/ C'est bien ce qui arriva.
18/ Cela dura très, très, très longtemps.
19/ Tellement longtemps qu'il fallait être Dieu pour supporter ça.
20/ Aucune autre bête au monde n'aurait pu.

*******

1/ Au commencement, il n'y avait donc pas le ciel, ni la terre.
2/ Il n'y avait même pas l'idée du ciel ni l'idée de la terre dans la tête de Dieu.
3/ Il ne pouvait y avoir que Dieu et ce que Dieu avait crée.
4/ Or Dieu n'avait pas encore crée l'idée du ciel ni l'idée de la terre.
5/ IL n'avait même pas encore crée l'idée d'idée.
6/ Il n'avait même pas encore créé l'idée de créer.
6 bis/ Il faut bien qu'il y ait eu un moment comme ça.
6 ter/ Non?
7/ Pourquoi Dieu aurait-Il créé. il n'avait pas besoin de ça. Dieu n'a aucun besoin.
8/ Car Dieu est Dieu.
9/ Et pour que Dieu éprouve le besoin, il faut d'abord qu'Il crée le besoin.
10/ Ce qu''Il peut très bien faire, naturellement.
11/ Car Dieu est Dieu.
12/ Mais si Dieu crée le besoin, Il cesse d'être Dieu.
13/ Car un Dieu qui a un besoin n'est pas Dieu.
14/ Dieu savait tout cela, car Il est l'intelligence suprême.
15/ Il savait tout cela, mais à quoi bon être Dieu si on ne peut rien faire?
16/ Alors, Il décida de prendre le risque.
17/ Et il fit bien.
18/ Car rien de tout cela n'a jamais gêné personne.
19/ Sauf les mécréants et les ricanants, mais ceux-là comptent pour du beurre.

CAVANNA - Almanach 1958 (Septembre)

1 commentaire:

Gine Proz a dit…

Toujours aussi amusant!