samedi 13 août 2016

De l'harmonie...

Les Amérindiens du nord pensent que toute souffrance, qu'elle provienne de maladie, de blessure, de cause humaine ou accidentelle est une rupture de l'harmonie universelle. 
Il faut donc rétablir cette harmonie; nul besoin de chercher un coupable donc nul besoin de vengeance; il faut juste réparer. Ils ont pour cela des méthodes telles que prières, chants, sudation qui ont été et sont encore efficaces dans la mesure où le contact avec notre civilisation n'est pas cause de cette souffrance. 
Quand ils sont atteints d'affections, importées depuis l'ancien monde, ils ne refusent pas notre médecine quand nous avons l'esprit de la leur donner.
Cette pensée amérindienne rejoint assez celle du Yi King , le Livre des Transformations de la Chine ancienne. Le Yi King qui n'est pas seulement le manuel de divination qu'on nous présente souvent, mais bien plus un guide qui nous montre la voie, le Dao; qui nous aide à nous y placer, à y cheminer, à ne pas nous en écarter. C'est un conseiller qui nous fait voir le problème potentiel et les deux types de comportement possibles face à l'obstacle: celui de l'Être petit, mesquin, à la vue courte et celui du "Grand Être" qui réfléchit et sait prendre de la hauteur; il nous laisse la liberté du choix en n'omettant pas de nous laisser entrevoir les conséquences de ce choix.
Il sait aussi nous montrer nos moments de chance, les périodes fastes; le conseil est dans ce cas de ne pas en abuser, de rester humble dans la félicité.
Et puis, comme bien entendu la face oraculaire du Yi King est bien tentante, que poser des questions et lancer les pièces est bien amusant, le Yi King qui, bien qu'éternel n'a pas de temps à perdre, sait nous rappeler, par des plaisanteries ou des non-réponses, que nous ne sommes pas seuls au monde et qu'il y a des cas plus graves que celui qui nous préoccupe.
En fait; la seule et unique question à poser au Yi King serait celle d'un Amérindien du nord: comment garder (ou rétablir) l'harmonie autour de moi?
Ou encore comment retrouver (ou ne pas perdre) la voie?

Aucun commentaire: