A vous, amis des contes, des légendes, des êtres et des lieux étranges; amis des jardins, des champs, des bois , des rivières ; amis des bêtes à poils, à plumes ou autrement faites ; amis de toutes choses vivantes, passées, présentes ou futures, je dédie cet almanach et ses deux petits frères: auboisdesbiches et gdscendu.

Tantôt chronique, tantôt gazette, ils vous diront le saint du jour, son histoire et le temps qu’il vous offrira ; ils vous diront que faire au jardin et les légendes des arbres et des fleurs. Ils vous conteront ce qui s’est passé à la même date en d’autres temps. Ils vous donneront recettes de cuisines et d’élixirs plus ou moins magiques, sans oublier, poèmes, chansons, mots d’auteurs, histoires drôles et dictons… quelques extraits de livres aimés aussi et parfois les humeurs et indignations de la chroniqueuse.

Bref, fouillez, farfouillez, il y a une rubrique par jour de l’année. Puisse cet almanach faire de chacun de vos jours, un Bon Jour.

Et n'oubliez pas que l'Almanach a deux extensions: rvcontes.blogspot.fr où vous trouverez contes et légendes de tous temps et de tous pays et gdscendu.blogspot.fr consacré au jardinage et tout ce qui s'y rapporte.

lundi 3 novembre 2014

Je vous salue Mariette...2021

Je vous salue "Mariette"

Les « mariettes », comme les fermes fortifiées, font partie intégrante de l’identité du Thimerais. Pourtant, aucune commune mesure entre la masse imposante de la forteresse qui souvent, possède encore ses douves, ses tourelles , ses contreforts, et la modeste niche posée sur un bloc de pierre ou de maçonnerie de guère plus d’un mètre de haut, surmontée d’un toit à deux pans et qui abrite une statue de la Vierge à laquelle elle est consacrée. De la Vierge la plupart du temps, mais parfois aussi du Christ, de l’Enfant Jésus ou d’un saint au pouvoir protecteur ou guérisseur. Ainsi dans certains de ces oratoires, sont logés Saint Jacques qui fait tomber la fièvre, Saint Pierre qui ouvre la porte du Paradis, Saint Sébastien… ou Sainte Barbe qui protège des incendies. On la découvre le plus souvent à la croisée de chemins ou près d’un point d’eau. Ces oratoires, édifiés sur le domaine public ou dans des propriétés privées faisaient l’objet de pèlerinages  individuels ou collectifs.
Les mariettes qu’on l’on peut voir actuellement n’ont guère plus de deux siècles, mais elles ont remplacé d’autres oratoires souvent beaucoup plus anciens. Le nom de mariette vient-il du culte de la Vierge Marie auquel elles sont vouées ou de leur voisinage des points d’eau ? Le débat reste ouvert. Il est cependant plus que probable que ce culte a remplacé celui d’anciennes divinités que l’Eglise Chrétienne tentait d’éradiquer. Puisqu’elle ne pouvait empêcher ses fidèles d’aller prier des entités « païennes », elle a donné à des Saints les pouvoirs attribués aux nymphes et génies qui hantaient les bois, les forêts et les lieux humides.
Car on ne trouve pas les mariettes uniquement au bord des mares ; certaines sont parfois situées dans des lieux parfaitement secs. Il s’agit bien souvent dans ce cas, d’anciens puits refermés ou de sources taries. Souvent, les mares étaient alimentées par une source. Au siècle dernier, nombre de mares jugées dangereuses ont été comblées  ou la source dévoyée ; la mariette est restée.
FB2020

1 commentaire:

Marité a dit…

Merci pour toutes ces précisions, je note !
GROS BECS