A vous, amis des contes, des légendes, des êtres et des lieux étranges; amis des jardins, des champs, des bois , des rivières ; amis des bêtes à poils, à plumes ou autrement faites ; amis de toutes choses vivantes, passées, présentes ou futures, je dédie cet almanach et ses deux petits frères: auboisdesbiches et gdscendu.

Tantôt chronique, tantôt gazette, ils vous diront le saint du jour, son histoire et le temps qu’il vous offrira ; ils vous diront que faire au jardin et les légendes des arbres et des fleurs. Ils vous conteront ce qui s’est passé à la même date en d’autres temps. Ils vous donneront recettes de cuisines et d’élixirs plus ou moins magiques, sans oublier, poèmes, chansons, mots d’auteurs, histoires drôles et dictons… quelques extraits de livres aimés aussi et parfois les humeurs et indignations de la chroniqueuse.

Bref, fouillez, farfouillez, il y a une rubrique par jour de l’année. Puisse cet almanach faire de chacun de vos jours, un Bon Jour.

Et n'oubliez pas que l'Almanach a deux extensions: rvcontes.blogspot.fr où vous trouverez contes et légendes de tous temps et de tous pays et gdscendu.blogspot.fr consacré au jardinage et tout ce qui s'y rapporte.

samedi 14 novembre 2015

Où est l'Hydre?

Sept (ou huit ?) terroristes sont tombés, et l’on se demande avec raison, si d’autres ne sont pas en train de préparer de nouveaux carnages. Avec raison car l’Hydre on le sait, ne meurt que si l’on coupe toutes ses têtes d’un seul coup. Où est le héros, le nouvel Hercule capable de cet exploit ? Et cette Hydre, où la trouver ?
Demandons-nous pourquoi  ces jeunes hommes devenus assassins au nom d’un idéal religieux, animés du désir de sauver leurs frères d’une misère hélas trop réelle, demandons-nous pourquoi ils ont frappé dans un quartier populaire, des gens à la vie ordinaire qui prenaient un peu de bon temps un soir d’automne exceptionnellement clément ?
Pourquoi le quartier de la République et non la place Vendôme ou l’avenue Montaigne , hauts lieux de l’étalage d’une richesse souvent indécente ?
Serait-ce par ce que ces quartiers, où ne peuvent se fournir la plupart des victimes de cette nuit,  sont ceux où leur commanditaires font leurs emplettes ?

Si c’est là la raison, alors inutile de se demander où se cache l’Hydre ; elle est facile à trouver !

1 commentaire:

Crouk a dit…

oui, ta réflexion est juste
ça fait froid dans le dos