A vous, amis des contes, des légendes, des êtres et des lieux étranges; amis des jardins, des champs, des bois , des rivières ; amis des bêtes à poils, à plumes ou autrement faites ; amis de toutes choses vivantes, passées, présentes ou futures, je dédie cet almanach et ses deux petits frères: auboisdesbiches et gdscendu.

Tantôt chronique, tantôt gazette, ils vous diront le saint du jour, son histoire et le temps qu’il vous offrira ; ils vous diront que faire au jardin et les légendes des arbres et des fleurs. Ils vous conteront ce qui s’est passé à la même date en d’autres temps. Ils vous donneront recettes de cuisines et d’élixirs plus ou moins magiques, sans oublier, poèmes, chansons, mots d’auteurs, histoires drôles et dictons… quelques extraits de livres aimés aussi et parfois les humeurs et indignations de la chroniqueuse.

Bref, fouillez, farfouillez, il y a une rubrique par jour de l’année. Puisse cet almanach faire de chacun de vos jours, un Bon Jour.

Et n'oubliez pas que l'Almanach a deux extensions: rvcontes.blogspot.fr où vous trouverez contes et légendes de tous temps et de tous pays et gdscendu.blogspot.fr consacré au jardinage et tout ce qui s'y rapporte.

jeudi 26 janvier 2017

Sfumato


La plaine ces jours derniers, était voilée d'un sfumato que n'aurait pas renié Léonard. Ciel bleu layette, champs vert tendre meringué de givre , soleil d'un éclat modestement voilé et pas un souffle de brise. Une merveille dont on pourrait se réjouir si on en ignorait la cause; car ce voile délicat n'est qu'un effet de la pollution. Cette pollution qui asphyxie Paris perturbe nos poumons que nous avons cru mettre à l'abri en nous réfugiant 100km plus loin...
Attendons le vent et la pluie qui vont dissiper le malaise...
Mais alors.... devrons nous maudire le soleil et le beau temps, devrons nous n'espérer que de vivre dans les intempéries??? Cette perspective ne devait-elle pas donner à penser à ceux qui veulent régir nos existences en gouvernant le pays?
Pouvons-nous de gaieté de coeur imaginer des enfants sans courses dans les champs, sans vélo dans les chemins? Nous avons du déjà renoncer sans vraiment nous poser de questions, aux barbotages dans les ruisseaux...
Franchement, est-ce là un avenir??

1 commentaire:

Marité a dit…

C'est exactement les interrogations qui ont tournicoté dans ma tête ! Nous sommes à 70 kms de Paris et je me demandais si c'était bien du brouillard ou la pollution !!! Je suis aussi dubitative que toi !!!
GROS BECS